SNOW FALLS SE LANCE DANS UNE NOUVELLE AVENTURE !!!
Retrouvez-nous sur Bazzart, PRD et CRPG.
Puis vous pouvez voter aussi !

Partagez | .
 

 [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
le pinguson message
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   18.04.14 19:21

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
« Demain. Je te demande d’attendre demain dans la soirée et je te promets d’être au clair. » Voila ce que j’avais demandé à la suédoise avant de la quitter. Une phrase presque anodine une fois sortie de son contexte. Pourtant, lorsque ce dernier nous était connu, on ne pouvait s’empêcher de penser que celui qui avait proféré cette phrase n’était qu’un hypocrite ou un goujat. Oui, un goujat, c’était certainement le mot parfait. Pourquoi ? Parce que cette phrase ‘anodine’ pouvait être traduite de la sorte : ‘Attends demain, le temps de voir si je me rabiboche avec la femme que j’aime depuis trois ans. Si ce n’est pas le cas, je veux bien de toi.’ La réalité était pourtant différente…Du moins pas aussi triviale.  
J’aimais penser que je n’étais pas cet homme profiteur que tant de monde m’accusait d’être. Oui, j’ai profité durant toute mon adolescence des privilèges qui nous étaient offert à mes sœurs et moi-même. Oui, j’ai souvent abusé  de la gentillesse et surtout de la fierté qui aveuglait mon père. Pourtant jamais, au non jamais je ne pense avoir profité volontairement d’une femme. Je n’ai pas profité de la faiblesse d’Anastasia…Ni de ses sentiments… Même si on pourrait aisément le croire. Mais si je n’ai pas profité d’elle, qu’est –ce que j’ai fais ?... Peu importe, ce n’était pas un jeu, ni une vengeance indirect. C’est ce qui compte, non ?

J’ouvris le robinet de la salle de bain afin de me rincer rapidement le visage et de chasser toutes ces pensées qui ne cessent de me torturer l’esprit. On avait décidé de faire un break. Histoire qu’on puisse réfléchir chacun de son côté, à soi, à nous…et ce fameux mariage qui semble avoir mis le feu aux poudres. J’ai donc décidé de laisser la maison à Elsa pendant que moi, je logerai chez ma sœur cadette. La famille d’Elsa n’était pas à Barrow et si c’était moi qui était resté chez ‘nous’, elle aurait certainement été hébergée par un O’Toole. Ce n’était vraiment pas le but de ce break !
Une serviette à la main, je me séchai le visage, avant de lever les yeux face au miroir. Ce sale type ne m’avait pas loupé. En plus d’avoir de nombreuses courbatures, un énorme bleu s’était logé au niveau de ma pommette…Là où le serpent m’avait donné un coup de boule et entaillé le visage. Mais le pire dans tout ça, ce n’était pas cette tâche violacée sur mon visage… Mais c’était le coup que ma fierté avait pris. Elle avait été bien amochée, parce que je n’avais pas pu démonter mon adversaire comme je l’aurais voulu, parce que ma fiancée était intervenue, parce que… Parce que j’avais perdu les pédales et que j’avais agis comme un imbécile, confortant O’Toole sur les à priori qu’il avait sur moi.

J'avais promis à Nastia d'attendre jusqu'à demain soir. Ce demain c'était transformé en un 'hier', parce que sur le moment, je n'avais pas trouvé le courage de reprendre les armes une nouvelles fois et de me justifier face à la Suédoise. Je m'étais assez battu -au sens propre comme figuré- pour la journée. Je m'étais donc réfugié chez ma soeur cadette – on se demande parfois qui est l’aîné- et c'est en me faisant la morale qu'elle me pansa les blessures. Quand on a Holly, pourquoi aller à l'hôpital ?
Mais je ne pouvais pas fuir éternellement Nastia...Je lui devais cette justification bien que j'appréhendais sa réaction et qu'un second affrontement était la dernière chose que je voulais avoir à faire.

En arrivant devant l'immeuble de la Suédoise, je pris bien quinze minutes à chercher une place pour me garer. Bien sûr qu'il y en avait de nombreuses. On est à Barrow, il y a toujours de la place pour se garer. J'avais juste besoin de perdre encore un peu de temps avant de sonner chez la blonde. Je finis par garer ma voiture à côté d'une grosse Chevrolet, en face de l'immeuble où habitait la pâtissière.

C'est le coeur tambourinant dans ma poitrine et le souffle court que j'attendis avec appréhension qu'elle ouvre la porte. Je savais que tout allait se jouer en une fraction de seconde. Soit elle me claquait la porte au nez. Soit elle acceptait de m'écouter. Je ne sais toujours pas laquelle des deux options est préférable. Je ne veux pas perdre définitivement Nastia... Mais tout lui expliquer, ca me parait tellement compliqué. Pourtant je sais qu'elle attend ça de moi et c'est bien légitime.
Lorsque la porte s'ouvrit mon coeur eu un raté et machinalement ma main se posa contre la porte, comme si je voulais l'empêcher de se refermer immédiatement.
« Je sais que je t'avais demandé d'attendre jusqu'à hier. Tu veux quand même m'écouter ? Ou c'est déjà trop tard » Décidément, je n'aurais pas pu faire carrière dans la politique ! J'étais tellement peu convaincant ! Je m'apparentais plus à un chien errant boiteux.

_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy


Dernière édition par Thomas R. Hamilton le 28.04.14 19:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   21.04.14 16:16

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
« Demain. Je te demande d’attendre demain dans la soirée et je te promets d’être au clair. » Bon sang mais quel hypocrite ! Bravo Nastia, tu t'es encore fait avoir pauvre nouille ! Non mais comme si un homme qui te demande d'attendre pour savoir où il en est avec sa copine depuis trois ans allait revenir vers toi pauvre petite chose insignifiante... J'en revenais pas qu'il ait osé se moquer de moi, qu'il ait osé s'amuser avec ce que je ressentais pour lui. Ce demain s'était transformé en hier et j'avais bien compris à quel point j'étais le dindon de la farce dans le monde de Hamilton. J'ai sincèrement cru qu'il était un homme bien, qu'il valait mieux que ce qu'on disait de lui mais je me rends compte que finalement, il était réellement le genre d'hommes qu'on me disait qu'il était. Joueur, imbu de sa personne, manipulateur et je-m'en-foutiste. Comme si je n'étais pas déjà assez cassée par la vie, il fallait qu'il vienne en rajouter une couche. Ça devrait un sport national ça ! Comment faire en sorte que Nastia soit au plus bas qu'elle ne l'est déjà. Mais le pire dans tout ça, ce qui m'a le plus blessée dans ses paroles et dans ses actes ce n'est pas qu'il se moque de moi. Oh non, ça j'en avais l'habitude maintenant. Non, c'était qu'il ose me dire de penser à moi et de me battre pour ce que je voulais. Je me rappelle exactement de ses dires : «  Et par pitié arrête d’être toujours aussi altruiste. Ca te perdra. Vis pour toi, bats toi pour ce que tu veux… » . Il avait eu un de ces culots. J'avais juste l'impression qu'il avait voulu que je change, que je sois plus comme lui et moins comme moi. J'ai toujours pensé aux gens que j'aime avant de penser à moi et ça ne changera jamais ! Je ne comprends pas qu'il puisse me dire ça alors que c'est ce qui a fait que nous nous sommes rapprochés pendant ces quelques mois. Je me rends compte que j'ai toujours été la bonne poire à ses yeux et aux yeux de tous et ça me fait mal.

Et c'est ce qui explique mon humeur morose et mauvaise. Au moindre signe d'amour dans les films, je changeais en pestant sur ces imbéciles qui nous vendent du rêve et nous en mettent plein les yeux alors que la réalité est toute autre. Depuis enfant on nous dit que le prince charmant existe, que l'homme parfait existe. Non, ça n'existe pas et ça n'existera jamais. Dans les contes, les princesses finissent toujours heureuses alors que dans la réalité, beaucoup de femmes finissent malheureuses plutôt qu'heureuses. Et même les hommes n'ont pas leur happy ending. Il suffit de voir celui d'Anton pour comprendre que la vie est une chienne qui n'est là que pour reprendre un bonheur qu'on a touché du doigt. Sauf que moi, ça fera la deuxième fois et comme on dit, jamais deux sans trois alors, je vais me contenter de devenir lesbienne, ça fera moins mal. Et alors que j'étais en pleine réflexion sur comment arrêter d'aimer les hommes, la sonnette de mon appartement retentit. Je me figeai me demandant qui ça pouvait bien être. Oui, il était trop tôt pour que ce soit Anton et je ne connaissais personne d'autre qui pourrait vouloir venir me voir.

Je me levai et ouvris la porte avant d'avoir immédiatement envie de la refermer. Il posa sa main comme s'il avait deviné mes intentions et je le regardai, furieuse. « Je sais que je t'avais demandé d'attendre jusqu'à hier. Tu veux quand même m'écouter ? Ou c'est déjà trop tard » J'eus un rire cynique. Comment osait-il agir comme ça. « Ca dépend de ce que t'as à me dire. » Je croisai les bras sur ma poitrine, le détaillant des pieds à la tête. Il était amoché et il semblait mal en point mais je m'en fichais, la Nastia fleur bleue était en sommeil. Pour le moment... « Non parce que tu sais, si tu reviens parce qu'Elsa t'a largué et que tu te dis que ça vaut le coup de me prendre en bouche trou, tu peux t'en aller. Je passe mon tour. » J'étais sèche, froide mais j'étais surtout blessée et mon cœur me pinçait de l'envoyer sur les roses comme ça mais je ne pouvais pas le laisser jouer avec moi comme il joue avec un jouet. « Je ne suis pas un mouchoir que tu prends et tu jettes quand bon te semble Thomas et je suis fatiguée d'être la troisième roue du carrosse. » Mes bras tombèrent et je repris la porte en main. Je comptais bien en finir avec lui et ses jeux maudits. Tout ce que je voulais, c'était pouvoir trouver quelqu'un sur qui me reposer, sur qui je pouvais compter. J'avais besoin de me sentir aimée et importante mais, je commençais à croire que je n'aurais jamais l'occasion de trouver cette personne et de pouvoir construire ma vie, fonder une famille et avoir un peu de bonheur.

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   21.04.14 18:37

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Dans ma vie, on m'a souvent traité d'imbécile. Parce que lorsque je veux éviter un sujet qui fâche, j'ai tendance à faire comme si je n'ai pas compris. Mais cette petite astuce ne peut pas fonctionner aujourd'hui...Non aujourd'hui je dois affronter mes problèmes et non pas les éviter comme j'aime tant le faire depuis vingt-huit ans.
On m'a aussi souvent reproché d'être immature. Ce point, je ne peux malheureusement pas le nier. J'ai souvent pensé avoir changé après m'être 'posé' avec Elsa. Mais depuis que toutes mes certitudes s'effritent, tout ce que j'avais envisagé pour l'avenir devient flou, j'ai juste l'impression de revenir à la case départ. D'être de nouveau le jeune con immature et égoïste que j'étais. J'ai réussi à changer une fois. Pourquoi pas une deuxième?

Le rire de Nastia me fit froid dans le dos. Jamais je ne l'avais entendue si cynique... Elle qui était d'une nature si douce et si fragile, la voila transformée en plante venimeuse. Pourquoi fallait-il que tout change comme ça autour de moi ? Mon monde s'effondrait à mesure que les jours défilaient. Impossible de remonter le temps...La seule chose que je pouvais faire c'est être aspiré dans cette spirale infernale dont j'étais l'instigateur. Non en réalité je n'y étais pour rien ! C'était Holly qui avait tout déclenché en me révélant l'histoire d'Oney et Elsa. C'était de sa faute à elle si je me retrouvais ballotté tanto à gauche, tanto à droite sans jamais trouver de point fixe sur lequel m'agripper parce que j'ai détruis les deux points d'encrage que j'avais : Elsa et Nastia.

Les bras croisée sur sa poitrine, le ton dur et tranchant, la nouvelle Nastia prit la parole.« Ca dépend de ce que t'as à me dire. Non parce que tu sais, si tu reviens parce qu'Elsa t'a largué et que tu te dis que ça vaut le coup de me prendre en bouche trou, tu peux t'en aller. Je passe mon tour. » Ca dépend de ce que j'ai à lui dire ? Ou de ce qu'elle est disposée à attendre ? La différence était grande et en réalité je ne savais pas ce qu'il fallait que je fasse. Son attitude de miss moralisatrice m'exaspérait. Peut-être parce que c'était la dernière chose dont j'avais besoin. Mais peut-être parce que tout au fond de moi, j'espérais timidement être accueillis chaleureusement par la douce et timide Nastia. Quel idiot j'ai pu être de penser ça. Ca aurait été tellement facile.

J'en avais marre de jouer à monsieur parfait, parce que de toute façon ça ne fonctionne pas. Mais je n'étais pas en position de céder à mes états d'âme. Pas de suite. Elle était prête à me claquer la porte au nez et si je laissais cette vague d'émotion négative me submerger, elle n'hésiterait pas. Je pris une profonde inspiration avant de me pincer les lèvres. Garde ton calme Thomas. « Tu me prends pour qui ? Je ne suis pas salaud que tu viens de décrire ! Jamais je ne t'ai prise pour un bouche-trou... Les filles avec qui je pourrais passer une nuit sans lendemain y a en à la pèle et avec elles pas de prise de tête. Ca serait bien plus simple, crois-moi ! Si à chaque fois je reviens en rampant, si à chaque fois j'essaie de me faire pardonner de choses dont je ne suis même pas responsable, c'est parce que pour moi t'es pas un de ces bouche-trou ! » Comme je l'avais fais tant de fois, je me rapprochai d'elle doucement. Comme on s'approcherait d'un animal sauvage. Mais cette fois-ci, Nastia n'était plus cette biche égarée mais plutôt une louve irritée. Ne me laissant pas faire un pas de plus, elle repris la parole. « Je ne suis pas un mouchoir que tu prends et tu jettes quand bon te semble Thomas et je suis fatiguée d'être la troisième roue du carrosse. » J'allais répliqué, agacé par sa petite séance de morale -combien de fois m'avait-on reproché de 'jouer' avec les gens ? Je ne joue pas avec eux, je suis indécis c'est pas pareil- lorsque je vis sa main se reposer sur sa porte. Oh ça non ! Il n'était pas question qu'elle me claque la porte au nez comme ça, sans me laisser plus de temps pour... m'expliquer ? C'était ça que je voulais faire, non ?

Avant que la porte ne se ferme définitivement, je m'interposai, bousculant au passage la Suédoise et pénétrant délibérément chez elle. « C'est pas toi qui prône le droit à une seconde chance !? Tu n'vas pas me claquer la porte au nez comme ça, non ? » Tentant une seconde fois de m'approcher d'elle, je posai mes mains sur ses épaules, doucement. Habituellement j'avais peur de la briser. Aujourd'hui, j'avais peur de me brûler. « Si je n'suis pas venu hier, c'est que je n'étais pas en état. Tu n'peux pas le nier en voyant ma tête » Je faisais référence aux bleus que les coups d'O'Toole m'avaient laissés. « Mais j'ai tenu ma promesse. Je suis là maintenant. Malgré tout ce que tu penses, j'ai toujours été franc avec toi... J'ai jamais voulu jouer avec toi. » Puis riant nerveusement « Je ne sais même pas où tu as été chercher cette idée stupide. »



_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   22.04.14 18:04

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
« Tu me prends pour qui ? Je ne suis pas salaud que tu viens de décrire ! Jamais je ne t'ai prise pour un bouche-trou... Les filles avec qui je pourrais passer une nuit sans lendemain y a en à la pèle et avec elles pas de prise de tête. Ca serait bien plus simple, crois-moi ! Si à chaque fois je reviens en rampant, si à chaque fois j'essaie de me faire pardonner de choses dont je ne suis même pas responsable, c'est parce que pour moi t'es pas un de ces bouche-trou ! » Il avait touché un point pour lequel il avait raison. Il était toujours revenu s'excusant de son comportement ou bien essayant de recoller les morceaux. Je ne pouvais nier qu'il était un homme bien mais il me faisait tellement de mal au final que je n'arrivais pas à voir clair, à ne pas être aveuglée par la peine que ces derniers événements m'ont causé. Je ne suis pas née de la dernière pluie. Je sais à quel point c'est compliqué de tirer un trait sur une histoire d'amour aussi longue que la leur mais, il n'a pas le droit de me prendre comme roue de secours lorsqu'il en a besoin. Je n'avais plus envie de me battre, de rester forte et optimiste. J'en avais marre d'être cette Nastia et aujourd'hui, je la rangeais dans le placard pour un bon bout de temps.

J'allais fermer la porte mais il ne m'en laissa pas le temps me bousculant pour entrer. Bon sang, pas aujourd'hui Thomas ! J'ai pas envie de continuer sur ce terrain là. « C'est pas toi qui prône le droit à une seconde chance !? Tu n'vas pas me claquer la porte au nez comme ça, non ? » Je ne répondis rien, restant de marbre. Je n'avais pas envie de relever ses propos parce que j'avais enfin décider d'arrêter d'être comme ça, de laisser une seconde chance à tout le monde. Il avait déjà eu sa seconde chance avant hier et il a préféré la gâcher. Il avait fait son choix. Il posa ses mains sur mes épaules et je me figeai, mourant d'envie de le repousser. Pourtant, je n'y parvins pas ayant trop besoin de ce contact au fond de moi. « Si je n'suis pas venu hier, c'est que je n'étais pas en état. Tu n'peux pas le nier en voyant ma tête » Je ris amèrement. « Et ça t'ait pas venu à l'esprit de prendre ton téléphone pour me dire au moins que ça allait et que tu passerais le lendemain plutôt?! » Non, j'avais décidé de ne pas lui laisser la tâche facile. Chaque geste, chaque mot, chaque intention aurait une explication pour moi et j'allais lui prouver que je sais me battre pour moi quand j'en ai envie. « Mais j'ai tenu ma promesse. Je suis là maintenant. Malgré tout ce que tu penses, j'ai toujours été franc avec toi... J'ai jamais voulu jouer avec toi. » Je me détendis quelque peu après ça. Oui bon, il avait le droit de s'expliquer aussi et puis, j'étais curieuse de savoir ce qu'il avait à me dire. Malheureusement pour lui, il ajouta quelque chose qui me repoussa à nouveau dans mes retranchements. « Je ne sais même pas où tu as été chercher cette idée stupide. » C'en fut trop pour moi. J'étais prête à exploser et c'est ce que j'allais faire.

« Tu ne sais pas où j'ai été chercher cette idée?! J'espère que tu te fous de moi Thomas parce que je jure que je vais finir sénile! » Je n'en revenais pas qu'il ose me dire ça alors qu'il n'avait cessé de me prouver que je n'étais rien de plus qu'une distraction, un amusement entre deux disputes. Je le regardais complètement énervée et sur le point de craquer. Je ne comprenais pas qu'il puisse s'acharner sur moi ainsi. Bon dieu mais que lui ai-je fait pour qu'il agisse comme ça avec moi! « J'en ai marre d'être cette gentille Nastia qui accepte tout sans rien dire et qui pardonne tout le monde. J'ai besoin qu'on m'apprécie pour ce que je suis et pas pour ce qu'on aimerait faire de moi! J'en ai assez que tu reviennes à chaque fois comme si c'était si simple et de repartir vers Elsa pour aller donner tout ce que tu peux à cette fille qui ne te mérite pas! Et le pire dans tout ça? J'ai cru un instant que tu reviendrais vers moi pour de bonnes raisons mais encore une fois j'ai été aveugle... » Mes yeux s'humidifièrent de rage et de haine envers moi-même. J'ai été complètement stupide de croire qu'il pouvait être celui dont j'aurais besoin, celui qui m'aimerait sincèrement. Mais aujourd'hui, j'avais pris la décision d'arrêter de pleurer pour lui et je comptais bien exécuter cette résolution. « Tu ne cesses de me faire du mal comme si c'était quelque chose dont tu avais besoin. Je demande pas la lune, juste de me sentir aimée mais c'est trop demandé! Chaque fois que tu passes cette porte en prétendant que tu l'aimes et que vous êtes fait l'un pour l'autre, tu me fais mal. Chaque fois que tu reviens vers moi après une de vos disputes tu me fais du mal. Tu ne cesses de m'insuffler le chaud puis le froid et je commence à en avoir assez Thomas. Si tu n'es pas capable de faire ton choix alors je le ferais pour nous deux mais il est temps que tout ça cesse et que je vive pour moi et pas pour de faux espoirs. » Mes mains tremblaient. Mon corps entier tremblait et je commençais à manquer d'air. Jamais je ne m'étais mise aussi en colère que ça et pourtant ça me faisait un bien fou. Une larme s'échappa de mon œil sans que je le désire au moment où je le regardai. Je me sentais ridicule mais surtout je m'en voulais d'être aussi faible. « Je suis fatiguée de toujours me faire avoir et j'aimerais qu'on me laisse vivre ma vie en paix pour une fois. J'en ai assez de souffrir dès que je m'attache à quelqu'un. J'en ai assez de devoir me reconstruire à chaque fois que je donne de ma personne pour quelqu'un. Je suis fatiguée de vivre ma vie Thomas. J'ai besoin qu'on me laisse tranquille. » C'était le discours de quelqu'un qui en avait assez de la vie. C'était mon discours et j'en avais marre de subir ce que la vie voulait me faire subir. Aujourd'hui, je n'ai plus rien qui vaille la peine d'avancer. Je suis sale, insignifiante, trop altruiste pour mon bien. Je m'auto-détruis sans même m'en rendre compte...

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   23.04.14 6:46

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas

À peine avais-je finis ma phrase qu'elle rebondit dessus, s'en servant comme une arme contre moi.« Tu ne sais pas où j'ai été chercher cette idée?! J'espère que tu te fous de moi Thomas parce que je jure que je vais finir sénile! » Non, justement, je ne me foutais pas d'elle et je regrettais déjà d'avoir ajouté cette phrase -anodine en apparence- qui semblait avoir mis le feu aux poudres. « Nastia, calme-toi, c'est pas ce que je voulais dire. » Elle m'ignora déjà submergée par ce tsunami de haine qui allait s'abattre sur moi d'un instant à l'autre. Je poussai un soupir avant de me passer la main dans les cheveux, agacé. Pourquoi fallait-il qu'elle sur-interprète tout ? J'avais dis ça comme ça, sans réfléchir... En réalité, j'avais même pensé que la partie était gagnée, jamais je n'aurais imaginé que derrière la douce Nastia pouvait se cacher une telle furie.«  J'en ai marre d'être cette gentille Nastia qui accepte tout sans rien dire et qui pardonne tout le monde. J'ai besoin qu'on m'apprécie pour ce que je suis et pas pour ce qu'on aimerait faire de moi! J'en ai assez que tu reviennes à chaque fois comme si c'était si simple et de repartir vers Elsa pour aller donner tout ce que tu peux à cette fille qui ne te mérite pas! Et le pire dans tout ça? J'ai cru un instant que tu reviendrais vers moi pour de bonnes raisons mais encore une fois j'ai été aveugle...»  Voila ! On venait de percer l'abcès ! Je n'étais pas stupide, je savais que c'était ça qui la rongeait... Je savais que le problème provenais de mon incapacité à faire un choix. Mon besoin constant de me raccrocher à Nastia quand ça n'allait pas avant de retourner vers Elsa et nos nombreux problèmes. J'avais été assez égoïste pour croire que mes allés-retours ne touchaient pas totalement la Suédoise. Parce qu'au fond, lorsqu'elle m'a connu, elle savait que j'étais fiancé...Elle connaissait ma situation... À quoi elle s'attendait au juste ? Que je plaque tout ? Trois ans de ma vie pour une pâtissière que je ne connaissait que depuis quelques mois ?
J'aurais voulu continuer dans la Statu Quo en jouant sur les deux côtés. En jouant. C'était ça le problème. Peut-être n'avait-elle pas totalement tort. Peut-être que je jouais bel et bien avec elle, avec les deux ! Pourtant, je n'ai jamais voulu blesser personne, même si parfois mon indécision peut être blessante. Je n'ai simplement pas réfléchis à mes actes et il se trouve que Nastia a été touchée. Fort heureusement, Elsa ne sait rien et elle est préservée. Préservée de ma bêtise, préservée de mon hypocrisie. Pour qui je passerais si elle était au courant de tout ça ? Moi qui ose jouer au fiancé jaloux et indigné alors que je fais pire de mon côté...

Sans que je puisse en placer une, la blonde enchaîna, continuant ses multitudes de reproches, les yeux déjà embrumés par quelques larmes qui ne demandaient qu'à tomber. Elle semblait à fleur de peau et moi j'étais là, comme un con, encore trop sonné pour réagir. « Tu ne cesses de me faire du mal comme si c'était quelque chose dont tu avais besoin. Je demande pas la lune, juste de me sentir aimée mais c'est trop demandé! Chaque fois que tu passes cette porte en prétendant que tu l'aimes et que vous êtes fait l'un pour l'autre, tu me fais mal. Chaque fois que tu reviens vers moi après une de vos disputes tu me fais du mal. Tu ne cesses de m'insuffler le chaud puis le froid et je commence à en avoir assez Thomas. Si tu n'es pas capable de faire ton choix alors je le ferais pour nous deux mais il est temps que tout ça cesse et que je vive pour moi et pas pour de faux espoirs. » Parce qu'elle venait de m'assigner le coup de grâce, un coup bien plus douloureux que tout ceux qu'O'Toole avait pu m'infliger hier. Du moins...Ce n'était pas une douleur comparable. O'Toole m'avait blessé physiquement, elle, elle venait de me blesser dans mon ego en mettant à jour cette partie de moi dont je n'étais pas fier. L'égoïste Thomas. Je poussai un soupir de rage avant de laisser échapper mon venin. « Parce que tu t'attendais à quoi Nastia ? Que pour tes beaux yeux et tes petits gâteaux j'allais me dire: 'Bon bah je vais lâcher Elsa pour une autre blondinette que je ne connais pas' ? Tu savais que j'étais avec Elsa quand on s'est connus. C'est pas moi qu'il faut blâmer ! Oh oui, j'ai été attiré par toi... Peut-être parce que j'étais affaibli et vexé par mes disputes avec Elsa, mais je n'aurais jamais cédé si toi t'avais été plus claire. Si tu m'en avais empêché. Mais maintenant t'agis comme une sale égoïste... Tu connaissais parfaitement ma situation et désormais tu me fais du chantage ? Il faut que je quitte Elsa pour t'avoir toi, c'est bien ça que tu m'demande !? » Je tournai le dos à la blonde avant de prendre une profonde inspiration et de repasser une seconde fois ma main dans mes cheveux. « C'est dégueulasse... » soufflais-je presque pour moi-même. Oui...Je venais de retourner la situation. De passer du méchant fiancé infidèle au pauvre type qui a juste céder à la tentation. Au fond de moi, je sais pertinemment que je ne suis pas que le pauvre type, mais je ne suis pas non plus entièrement le méchant infidèle. Je suis peut-être un peu des deux... Mais j'ai besoin de me convaincre que je ne suis pas si mauvais que ça... Et pour ce faire, c'est plus facile de blâmer Nastia.

Je me retournai de nouveau, faisant face à la Suédoise, qui, littéralement habitée par la colère, tremblait de tout son corps. Ca faisait peine à voir. Elle m'agaçait, elle m'exacerbait...Mais elle me faisait de la peine. Parce que même si je le niais, c'était en partie à cause de moi si elle était dans cet état. « Je suis fatiguée de toujours me faire avoir et j'aimerais qu'on me laisse vivre ma vie en paix pour une fois. J'en ai assez de souffrir dès que je m'attache à quelqu'un. J'en ai assez de devoir me reconstruire à chaque fois que je donne de ma personne pour quelqu'un. Je suis fatiguée de vivre ma vie Thomas. J'ai besoin qu'on me laisse tranquille. » Une larme perla une de ses joues et la Nastia farouche semblait tranquillement avoir baissé les armes, pour laisser la femme que je connaissais refaire timidement surface. La tempête était passée mais elle nous laissa un goût bien amer. Voila que désormais elle tenait presque des propos suicidaires. 'Je suis fatiguée de vivre ma vie'. Elle semblait de nouveau si fragile. On semblait être passé d'un extrême à l'autre...Et pourtant je restais méfiant, je savais qu'aujourd'hui je marchais sur des œufs avec elle, et qu'elle n'était plus prête à accepter un faux pas de ma part.
Je me rapprochai d'elle, et sans attendre une réaction de sa part, je la serrai dans mes bras. « Je ne vais pas t'abandonner maintenant. » Ça contredisait totalement ses propos mais peu importe. En réalité, elle n'avait pas besoin qu'on la laisse tranquille, mais au contraire qu'on s'occupe d'elle. Personne ne semblait prêt à le faire...Et même si pour l'instant je m'apparentais à un poison pour elle, je ne pourrais pas la laisser comme ça, au bord du gouffre.
Soulevant doucement son menton, je tentai de capter son regard avant de lui déposer un baiser timide sur ses lèvres. Timide...Parce que je savais que je risquais de me brûler...d'aller trop loin...Parce qu'au fond c'était totalement déplacé après les longues tirades qu'on venait de se jeter à la figure... Mais c'était ma façon d'éviter d'autres conversations stériles dans lesquels j'avais peur de me noyer, tant le terrain était miné.




_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   23.04.14 17:18

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Je ne savais pas à quoi je m'étais attendu. Je ne savais pas pourquoi je m'étais mis en tête de pouvoir tenter quelque chose avec lui. Il avait sa vie, sa fiancée. Il avait déjà son avenir tout tracé et moi j'étais quoi dans tout ça ? Rien. Une passade. Un moment d'égarement. Dans un mois ou deux, il m'aura oublié et sera prêt à sauter le pas et s'engager sur le long terme avec elle. J'en revenais pas qu'il arrive à rester aussi loyal alors qu'elle, elle ne se gêne pas pour prendre partie pour ses amis et non son fiancé. Si mes amis venaient à ne pas accueillir comme il se doit l'homme de ma vie, mon choix serait fait et depuis longtemps. S'ils ne sont pas capables d'accepter que cette personne me rende heureuse, ils n'ont rien à faire dans ma vie. Aujourd'hui, c'est Thomas qui n'avais plus sa place dans ma vie et moi dans la sienne. Notre relation est vouée à l'échec. Ça fait bien longtemps que ce n'est plus de l'amitié et y retourner serait impossible. Ce serait de la pure hypocrisie. Et j'en étais pas capable. Alors oui, si c'était elle qui le rend heureux, je serais contente pour lui et les laisserais vivre leur conte de fées mais, sans moi. Je ne pourrais pas rester là, à le regarder en aimer une autre alors qu'il m'avait fait tant de promesses qu'il n'aura pas tenu. Il n'a pas tenu ses promesses. Il m'avait promis d'être au clair et finalement, il est là devant moi avec les mêmes discours, les mêmes belles paroles mais aucun acte. Je suis idiote de croire qu'il allait quitter Elsa mais le pire, c'est que j'ai été assez idiote pour croire qu'avec le temps, il pourrait se passer quelque chose entre lui et moi. Encore une fois, j'ai été aveuglée, naïve, stupide.

J'étais complètement hors de moi, sur le point d'arriver au point de non retour. Je me demandais si j'allais pas finir par m'évanouir tellement mon corps tremblait et ma respiration était saccadée. J'en avais assez de tout ça. Trop de choses se passaient dans ma vie et Thomas était juste la goutte d'eau qui avait fait déborder le vase. La déception était trop forte et aujourd'hui, j'avais décidé qu'il était peut-être temps pour moi de rentrer en Suède, d'oublier l'Amérique et mes tracas. Oui, c'était sûrement le mieux à faire pour moi. Même s'il y a toute ma famille et mes amis, Barrow ne m'apporte que des ennuis, des déceptions et des coups bas.
« Parce que tu t'attendais à quoi Nastia ? Que pour tes beaux yeux et tes petits gâteaux j'allais me dire: 'Bon bah je vais lâcher Elsa pour une autre blondinette que je ne connais pas' ? Tu savais que j'étais avec Elsa quand on s'est connus. C'est pas moi qu'il faut blâmer ! Oh oui, j'ai été attiré par toi... Peut-être parce que j'étais affaibli et vexé par mes disputes avec Elsa, mais je n'aurais jamais cédé si toi t'avais été plus claire. Si tu m'en avais empêché. Mais maintenant t'agis comme une sale égoïste... Tu connaissais parfaitement ma situation et désormais tu me fais du chantage ? Il faut que je quitte Elsa pour t'avoir toi, c'est bien ça que tu m'demande !? » Ce fut le coup de grâce. J'ai été attiré par toi. L'emploi du passé était un coup de poignard de plus dans ses mots. Il rejetait toute la faute sur moi et le pire c'est qu'il me confirmait ma position de roue de secours et ça, je ne lui pardonnerais jamais. Il pouvait bien être vexé par ce que je venais de lui dire, il n'avait pas le droit de me dire ce genre de choses et d'ajouter que c'est dégueulasse. La pourriture ici, c'est pas moi mais lui et s'il comptait me garder en faisait ce genre de tirades, il pourrait bien se la mettre là où je pense. Je finis par le fait que je commençais à en avoir marre de me faire avoir, de vivre ma vie même. J'étais au point de non retour et je ne donnais plus très cher de ma peau pour dire vrai. Beaucoup trop d'eau avait coulé sous les ponts depuis deux ans et en quelques mois, c'était pire. Thomas était juste la chose en trop.

Une larme coula sur ma joue et je me dépêchai de l'essuyer, ne voulant pas lui montrer à quel point je me sentais mal. Il s'approcha de moi doucement et me prit dans ses bras. J'acceptais le contact parce que les choses que j'avais à lui dire par la suite allait tout gâcher et j'avais besoin de ça, de ce dernier contact avant de passer ce cap qui changerait tout. « Je ne vais pas t'abandonner maintenant. » J'eus envie de sourire mais je savais qu'il ne le disait pas vraiment par franchise mais plus par compassion. Il me laissera à la première occasion qu'il aura de récupérer Elsa. Je le savais et ça me confortait encore plus dans mon idée. Il souleva mon menton et déposa timidement ses lèvres sur les miennes. Ce fut un baiser furtif, innocent et doux. Je m'éloignai un peu de lui avant de revenir à l'assaut de ses lèvres. Ce baiser quelque peu passionné avait un goût amer et j'avais mal au cœur. Mes mains vinrent se réfugier dans ses cheveux et s'amuser avec le temps que notre baiser dura. Des larmes s'étaient mises à perler et je m'écartai de lui fuyant son regard. Ce que j'avais à lui dire n'était pas facile et je savais que tout allait changer maintenant. « C'est fini... » J'avais murmuré ces mots n'osant même pas les prononcer moi-même. Alors je repris de plus belle. « C'est terminé Thomas... » J'allai m'asseoir dans mon canapé ayant besoin de m'asseoir et de me tenir à quelque chose. Je ne savais pas comment il allait le prendre ni ce qui allait se passer après ça mais, tout était terminé. J'avais besoin de prendre le large, de souffler. J'avais besoin de me mettre à l'écart de tout ça et de mes problèmes. « Je rentre en Suède. » Je le regardai pour la première fois avant d'ajouter. « Pour de bon. »

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   23.04.14 18:57

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas

Un baiser, une caresse puis ces deux mots : C’est fini. Comment ça pouvait être fini ? Pourquoi mettre fin à quelque chose qui n’avait jamais vraiment commencé ? C’était comme si elle venait de m’assigner un coup de poignard dans l’estomac. J’étais là, debout devant elle, je la fixais sans la voir. Absent. Comme si ça ne suffisait pas voila qu’elle s’acharna sur moi en me répétant ces quelques mots, avec cette fois-ci plus de conviction. « C'est terminé Thomas... » Sans pour autant recouvrer mes esprits, machinalement ma tête fit plusieurs allés-retours de droite à gauche. Ce n’était pas vrai. Ca ne pouvait pas être vrai ! Elle était entrain de se foutre de moi, de me tester. « Qu’est-ce que….Je…Je n’comprends pas » Ma voix était faible et cassée…Comme si elle avait été amochée par les années. En réalité, elle était juste le reflet de la blessure et du choc que je venais de subir. Je suivais du regard la blonde qui s’était définitivement éloignée de moi, sans pour autant trouver la force dans mes jambes pour la suivre. De toute façon, elle ne voulait pas que je la suive, non ? Un sourire au coin se dessina sur mes lèvres. Non, ce n’était pas ce genre de sourires malicieux…C’était ce sourire amer et cynique aussi amer qu’était ce dernier baiser et aussi cynique qu’avait été sa caresse dans mes cheveux. « Tu te moques de moi c’est ça ?! » Ma voix avait retrouvé sa vigueur et pourtant, mon ton, mélange d’incertitude et de cynisme, reflétait une certaine rudesse. Rudesse qui avait été engendrée par la blessure de cette annonce.
Au fond pourquoi je m’étonnai tant de sa réaction ? Ca me pendait au nez, non ? J’avais joué avec le feu, je m’étais brûlé voila tout. Pourtant c’était la première fois que je perdais à ce jeu…C’était étrange. Heureusement, j’avais toujours Elsa.

Ma respiration se faisait plus profonde, plus intense…Il fallait que j’encaisse cette nouvelle faute de pouvoir trouver les armes pour me défendre. Mais Nastia ne semblait pas prête à me laisser encaisser tout ça. J’étais à terre, mais elle continuait à frapper. « Je rentre en Suède. » Un rire rauque sorti de ma gorge. Quelle sâle hypocrite ! Depuis combien de temps avait-elle planifié son départ ? Depuis combien de temps se foutait-elle de moi ? Mon rire prit rapidement fin et elle assigna son coup de grâce. Celui qu’elle attendait de me donner sans doute depuis le début, depuis que j’avais sonné chez elle. « Pour de bon. » Mes poings se refermèrent et mon regard se retira d’Anastasia. Je ne pouvais plus la regarder, je ne voulais plus la regarder. Jamais on ne m’avait fait un coup si bas… Elsa et Oney c’était quelque chose…Mais c’était prévisible et d’ailleurs…Si j’en crois les dires d’Elsa elle n’a jamais voulu de ce baiser. Mais Anastasia…C’était si soudain.
Je m’appuyai sur une commode à l’entrée, sans rien dire. Une seconde, une minute, je ne sais pas… Puis soudain, comme possédé, je balançai par terre la petite lampe qui était posée à ma droite. Elle se brisa bruyamment en plusieurs morceaux et sans y prêter attention, je laissai ma colère prendre le dessus. « Tu n’peux pas me faire ça. Pas à moi. Pas maintenant » Je flanquai d’autres babioles inutiles sur le sol. Jamais je n’avais été aussi hors de contrôle… Jamais je n’étais tombé de si haut. Jamais la fierté du ‘grand’ Thomas Hamilton avait été aussi amochée que depuis ces trois derniers jours.
En deux pas j’avais rejoins la Suédoise et je l’agrippai violemment par les épaules. La forçant à se lever, la forçant à m’affronter du regard. Je ne calculais pas la force que je mettais dans ma poigne…Je m’en foutais…Mais je savais que je devais sans doute la serrer un peu trop fort. « Toutes mes certitudes ont été remises en question à cause de toi. Pour toi j’ai changé. J’ai réfléchis sur mon mariage, sur Elsa... J’ai transgressé des règles que je m’étais imposées depuis toujours… J’ai trompé Elsa alors qu’elle, malgré les apparences, est restée fidèle ! J’ai…J’ai faillis foutre en l’air mon couple pour une étrangère qui décide de se casser sur un coup de tête ! » Je lâchai mon emprise sur la Suédoise avant de lui tourner le dos. Un soupir de rage et voila que mon poings trouvai le mur de la pièce comme défouloir. C’était mieux que le visage de cette hypocrite, non ? « Depuis quand t’as décidé de partir ? Quand j’ai sonné chez toi ? Hier… A l’instant ? Tu me dois bien ça, non ? Dis –moi pourquoi tu pars. J’ai certainement perdu Elsa à cause de toi…Au moins dis-moi ta raison. J’espère qu’elle est bonne. » Oui je dramatisais…Je n’avais sans doute pas perdu Elsa pour toujours…Mais notre mariage était fortement compromis. Et un break…C’est souvent la fin du couple. Ca me fait carrément peur. Je vais perdre les deux.


_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   24.04.14 17:39

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Parfois, les mots blessent, touchent des personnes plus qu'on aurait pu l'imaginer et on se rend compte qu'on s'est peut-être trompé, qu'on a fait de mauvais choix. Deux mots. C'est ce qui avait suffit pour changer la situation, pour tout chambouler. Deux mots anodins mais pas dans cette situation. J'avais décidé de partir et jamais je n'aurais pensé que ça l'affecterait tant. Est-ce par égo ? Par amitié ? Par amour ? Par haine ? Par déception ? Je ne sais pas et je ne le saurais sûrement jamais mais, je voyais bien que ça l'avait mis hors de lui. Au départ, c'était du cynisme, un froid polaire. Et puis, ce fut de la colère, de la rage. Une lampe vola et finit par s'écraser sur le sol et je compris que j'avais fait l'erreur de lui annoncer ça comme ça. « Tu n’peux pas me faire ça. Pas à moi. Pas maintenant » Je le regardai, ne comprenant pas pourquoi il changeait de comportement aussi vite. Quelques minutes avant, j'avais l'impression que j'avais fait le bon choix, que c'est ce qu'il voulait mais au final, m'étais-je trompée ? Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je le regardai casser de nouveaux objets, impuissante. Je ne savais pas comment réagir face à son accès de colère et je comprenais sa rage mais, je ne comprenais pas pourquoi ça l'affectait tant. C'est pas ce qu'il voulait après tout ? J'y comprends plus rien...

Deux pas lui suffirent pour me rejoindre et ses mains se posèrent sur mes épaules. Sa poigne était forte, trop forte et il me leva avec une telle force que j'aurais sûrement des bleus demain. J'évitai son regard, méfiante et surtout mal à l'aise. Ma décision était prise et rien ne pourrait la changer. Il fallait que je parte, il faut que je parte et que je sois loin de tout ça. « Toutes mes certitudes ont été remises en question à cause de toi. Pour toi j’ai changé. J’ai réfléchis sur mon mariage, sur Elsa... J’ai transgressé des règles que je m’étais imposées depuis toujours… J’ai trompé Elsa alors qu’elle, malgré les apparences, est restée fidèle ! J’ai…J’ai faillis foutre en l’air mon couple pour une étrangère qui décide de se casser sur un coup de tête ! » Ce fut comme un coup de poignard, un coup de plus dans la plaie déjà bien ouverte. Alors je restais une étrangère pour lui... Pour lui, j'étais à l'origine de tout ça... Je n'ai rien demandé et je ne lui ai jamais mis le couteau sous la gorge pour qu'il vienne et revienne vers moi. Je n'y peux rien s'il m'a promis monts et merveilles et qu'il n'a pas été capable de tenir ses promesses. Je n'y peux rien s'il en est où il est. C'est trop facile de mettre la faute sur moi et moi seule. Il me lâcha enfin et je me massai les épaules endolories par sa poigne trop forte. C'est sûr, j'aurais des marques dans peu de temps. « Depuis quand t’as décidé de partir ? Quand j’ai sonné chez toi ? Hier… A l’instant ? Tu me dois bien ça, non ? Dis –moi pourquoi tu pars. J’ai certainement perdu Elsa à cause de toi…Au moins dis-moi ta raison. J’espère qu’elle est bonne. » Je le regardai dans les yeux pour la première fois depuis son accès de colère et ma colère était de retour. Qu'il s'en prenne à moi c'est une chose mais qu'il ose me dire qu'il a perdu Elsa à cause de moi, ça je le refusais. Et c'est pour ça que je voulais partir. Il n'est même pas capable de prendre la responsabilité de ses actes, il remet toujours la faute sur les autres. Il faut qu'il grandisse et qu'il cesse d'agir ainsi.

« Un peu avant que t'arrives. J'ai eu le temps de réfléchir entre avant-hier et aujourd'hui tu sais. Je ne suis pas idiote et je savais que ça finirait comme ça Thomas. » Je soupirai, lasse et fatiguée de tout ça. J'avais simplement cherché une compagnie agréable chez lui et finalement, ça ne m'avait apporté que soucis et désespoir. J'en revenais pas que notre amitié ait pu tourner ainsi. Enfin amitié... je ne sais même pas si on a été amis un jour au final. « Cette relation ou amitié, comme tu préfères, a toujours été vouée à l'échec et tu le sais. C'était perdu d'avance et on le sait toi et moi. » Je bougeai un peu dans la pièce ne pouvant plus le regarder, lui faire face. C'était trop dur de lui dire tout ça, de le faire ainsi. C'était trop dur de lui dire au revoir. « Tout ce que t'as dit, c'est pour ça que je m'en vais Thomas. Tout ce qui arrive, on a été deux à le causer mais tu rejettes la faute sur moi et il est préférable que je m'en aille pour ton bien mais surtout pour le mien. Tu n'as pas envie de tout arrêter avec Elsa et moi j'en ai marre d'être ballottée du chaud au froid constamment. Tu ne sais pas ce que tu veux comme elle et je veux plus de ça. J'ai 28 ans et il est temps pour moi de me poser, de fonder une famille et ce n'est pas possible ici. » Je fis une pause de quelques secondes, le temps de peser mes mots et de réfléchir à ce que j'allais dire. « Tu l'aimes et ça se voit. J'aurais tellement aimé que les places soient échangées mais, ce n'est pas le cas. Tu seras heureux avec elle, je le sais. Je regrette juste de ne pas avoir mon Thomas, cet homme qui prendrait soin de moi, qui m'aimerait comme tu l'aimes, qui me comblerait de bonheur. Je vous envie et j'espère trouver mon âme sœur un jour. Mais, pas ici, pas à Barrow parce que... » Je me retournai et me retrouvai presque nez à nez avec lui. Je n'avais pas vu ou entendu qu'il s'était rapproché de moi. Je lui souris tristement, pris sa main et poursuivis. « Parce que c'est trop dur. Parce que ça me ferait trop mal de vous voir heureux. Parce que j'aurais envie de l'étriper par jalousie. Parce que je t'aime et que ça restera à sens unique et platonique. » Je lâchai sa main et m'éloignai de lui. J'étais mal à l'aise de lui avoir dit que je l'aimais. Mais, je m'en étais rendu compte pendant ma réflexion. Je l'aimais et c'était bien ça le problème. J'aimais un homme que je n'avais pas le droit d'aimer.  

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   25.04.14 7:22

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas


« Un peu avant que t'arrives. J'ai eu le temps de réfléchir entre avant-hier et aujourd'hui tu sais. Je ne suis pas idiote et je savais que ça finirait comme ça Thomas. » Je poussai un soupir avant de détourner le regard de la Suédoise. Si j’étais venu ou pas ça n’aurait rien changé. Elle avait décidé de partir, de fuir.
La seule chose que je me demandais à présent c’était de savoir si elle aurait eu le courage de m’avertir de son départ si je n’étais jamais venu. Je n’pense pas. Lâche comme elle est, elle serait partie dans la précipitation sans un mot, cherchant à refaire sa vie ailleurs et me laissant dans une merde pas possible. J’avoue que ça me faisait mal…Ca me faisait mal qu’elle puisse tout quitter sur un coup de tête. Rien ne la retenait ici ? Sa pâtisserie ? Son alcoolique de frère ? Moi… ? Je sais, j’ai tendance à être égocentrique et penser que tout tourne autour de moi. Pourtant j’ai, cette fois-ci, de la peine à imaginer qu’elle part à cause de moi…Juste moi. Et que rien n’est assez fort ici pour la retenir. « Cette relation ou amitié, comme tu préfères, a toujours été vouée à l'échec et tu le sais. C'était perdu d'avance et on le sait toi et moi. » Elle se mit à faire les cent pas, sans jamais oser m’affronter du regard. Une relation vouée à l’échec…Je ne pouvais pas totalement nier ses propos. Pourtant, n’est ce justement pas ça qui rend une histoire d’amour plus excitante ? Plus passionnée ? On sait que le temps nous est compté…On sait que ce n’est pas possible et on fait avec…
Et de toute façon, chaque histoire d’amour est plus ou moins éphémère, non ? J’avais juste pensé que notre passion ne serait pas étouffée au berceau. Je me trompais. « Tout ce que t'as dit, c'est pour ça que je m'en vais Thomas. Tout ce qui arrive, on a été deux à le causer mais tu rejettes la faute sur moi et il est préférable que je m'en aille pour ton bien mais surtout pour le mien. Tu n'as pas envie de tout arrêter avec Elsa et moi j'en ai marre d'être ballottée du chaud au froid constamment. Tu ne sais pas ce que tu veux comme elle et je veux plus de ça. J'ai 28 ans et il est temps pour moi de me poser, de fonder une famille et ce n'est pas possible ici. » « Je…Je suis désolé » Minable. Mais qu’est-ce que je pouvais dire face à des propos si lourds ? Pour la première fois je devais ouvrir les yeux sur moi-même. C’est facile de juger les autres de les blâmer et de ne jamais se remettre en question…C’est ce que je fais depuis 28 ans.
J’ai jugé Elsa, Oney, Sweeney et il s’avère que je me suis trompé sur le compte de ma fiancée. Je lui reproche de ne jamais faire de choix et je me rends compte que je suis comme elle. Voir même pire.
Contrairement à Elsa, moi j’ai tendance à promettre de nombreuses choses pour pouvoir retenir ceux que j’aime vers moi. À Elsa je lui ai promis un somptueux mariage, à Nastia je lui ai promis d’être au clair et de ne pas me servir d’elle. Je ne suis pas un menteur…Je n’arrive simplement pas à tenir mes promesses. Mon mariage est fortement compromis…Et à vrai dire, je ne suis toujours pas au clair avec moi-même…Je ne suis même pas sûr de ne m’être jamais servis de Nastia. Alors pourquoi je continue à faire ces promesses en l’air ? Peut-être parce qu’elles continuent à me croire et qu’au final j’arrive même à me convaincre moi-même. Peut-être parce qu’en ne faisant rien j’ai peur des les blesser… Mais il s’avère que c’est justement en promettant des choses que je ne tiendrais pas que je les blesse.

« Tu l'aimes et ça se voit. J'aurais tellement aimé que les places soient échangées mais, ce n'est pas le cas. Tu seras heureux avec elle, je le sais. Je regrette juste de ne pas avoir mon Thomas, cet homme qui prendrait soin de moi, qui m'aimerait comme tu l'aimes, qui me comblerait de bonheur. Je vous envie et j'espère trouver mon âme sœur un jour. Mais, pas ici, pas à Barrow parce que... » Un sourire timide se dessina sur mes lèvres. Quelques semaines plus tôt, ces paroles m’auraient fait chaud au cœur. Parce qu’elles auraient semblé tellement vraies. Pourtant, désormais, j’avais plus l’impression que ce que Nastia venait de décrire était la façade qu’Elsa et moi tentions de préserver. La façade du petit couple parfait, qui s’aime envers et contre tous. En réalité si on a décidé de faire ce break c’est que cet amour ‘parfait’ est fortement remis en question. Si tout était si parfait je n’aurais jamais douté de la fidélité d’Elsa…Même si ces deux imbéciles sont fous amoureux d’elle. Si tout était si parfait, je n’aurais pas trahi la confiance d’Elsa… Et ça je n’en suis pas fière.

Je me rapprochai doucement de Nastia, voulant lui faire cesser ses allés-retours frénétiques et à ce moment, elle se retourna brusquement et nous nous retrouvions nez à nez. Je sentis sa main se poser sur la mienne et j’avoue que dans un premier temps j’aurais eu envie de la retirer. Pourquoi ? Parce qu’elle allait partir, parce que tout ça ne servait plus à rien. Je l’avais perdue. Alors à quoi bon continuer ce genre de petites attentions ? Ca nous faisait plus de mal que de bien. Malgré tout, je ne trouvai pas le courage de retirer ma main. J’aurais été blessant et injuste. Une fois de plus… « Parce que c'est trop dur. Parce que ça me ferait trop mal de vous voir heureux. Parce que j'aurais envie de l'étriper par jalousie. Parce que je t'aime et que ça restera à sens unique et platonique » Au fond de moi je l’ai toujours su. Je ne préférais simplement pas y penser parce que j’ai toujours voulu me convaincre qu’on ne pouvait aimer qu’une personne. Que cette personne pour moi c’était Elsa. J’aurais donc été un beau salaud en m’amusant avec une fille qui m’aime alors que pour moi ce n’est pas réciproque. C’était plus facile d’ignorer les sentiments de Nastia pour moi. Mais voila…En réalité, je crois que je n’ignorais pas que les sentiments de la Suédoise, mais aussi les miens. « Qui te dis que ce n’est qu’à sens unique ? » Il semblerait qu’on puisse aimer deux personnes en même temps…Mais pas de la même manière… Mais est-ce qu’on peut toujours appeler ça de l’amour ou est-ce que c’est autre chose ? Est-ce que les innombrables disputes avec Elsa n’ont pas détérioré notre amour au point que je puisse en aimer une autre et me retrouver dans cette situation délicate où mon cœur balance sans pour autant oser faire un choix. Parce que c’est plus facile d’avoir les deux et c’est surtout plus sécurisant. « Tu ne m’as jamais posé la question. Tu m’as toujours pris pour le sale égoïste qui veut juste s’amuser. Peut-être parce que pour toi c’est plus facile de te dire ça. Tu peux partir en paix en te disant que j’étais juste un petit con et qu’au final te ne perds rien. Mais désolé…Je ne compte pas te facilité le tâche. » Nerveux, je passai ma main dans mes cheveux…Ce n’était pas facile de dire ça. Parce que je ne pouvais pas le dire ‘librement’. Je trahissais Elsa… Mais pour la première fois, il semblerait que je sois sincère avec moi-même. Pourquoi c’est toujours si compliqué ? Pourquoi on ne peut pas faire le bien d’un côté sans faire le mal de l’autre ? Pourquoi Elsa est si parfaite ? Si elle m’avait vraiment trahi…Ca aurait été tellement plus simple…Au moins je n’éprouverais pas ces horribles remords en avouant cette chose à Nastia… « Je crois que je t’aime aussi. » Toujours le souffle aussi court je continuai « Je t’aime, mais ça ne sert à rien…Tu préfères partir. »


_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   26.04.14 18:11

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
C'est compliqué de voir ses convictions partir en fumée. C'est compliqué de voir que les choses qui nous avaient poussé à prendre des décisions s'avéraient infondées. J'avais toujours pensé que je ne pourrais plus jamais être heureuse à Barrow et pourtant, j'avais retrouvé le sourire il y a peu grâce à lui, Thomas. Les choses avaient fini par être compliqués mais j'avais été heureuse avec lui alors que nous n'étions que de simples amis. Aujourd'hui, les sentiments s'en sont mêlés et notre amitié a bien changée. Je l'aimais. Sincèrement. Mais tout ça n'était qu'un mensonge. On se voile la face, on se ment pour ne pas se faire du mal et au final, j'avais fini par me brûler les ailes. Il était pris par une femme qui ne le mérite pas, qui ne sait pas choisir un camp, l'homme qui lui plaît et qu'elle aime le plus. Je ne pouvais pas blâmer Thomas d'agir comme elle faisait mais, je n'étais pas capable de continuer ainsi comme lui peut le faire. Je n'ai plus envie de perdre du temps sur mon avenir à attendre qu'il se décide à faire un choix. Alors, j'allais partir pour que ça soit plus simple pour lui comme pour moi. Ce serait compliqué de laisser Anton ou encore Andreas mais, j'en avais besoin.

« Je…Je suis désolé » Ce n'était pas ce que je voulais entendre. Ce n'était pas ce que je voulais comme réaction. J'espérais qu'il finisse par se réveiller sans que je n'ai à lui dire clairement ce que je ressentais pour lui. Mais après tout, j'allais partir et il s'en fichait bien alors, mes aveux seraient des adieux au goût amer. C'est dur de comprendre qu'un amour n'a pas pu être vécu comme on l'aurait souhaité mais, parfois, il est nécessaire qu'il soit tué au stade où nous en étions que bien plus tard. Je sais ce qu'on se dit, l'amour transit est le plus bel amour. Je suis d'accord et il faut parfois le vivre pour comprendre que ça vaut le coup. Pas dans notre cas. Pas dans cette situation. Pas pour moi.
Je me demandais de ce qu'il pensait réellement de tout ça. Est-ce qu'il sedisait que c'était une bonne chose malgré tout ou est-ce qu'il ne voulait pas que je m'en aille ? Je n'en savais rien et ça m'angoissait un peu. Je ne savais pas comment tout ça allait se terminer. Je sais que je m'en vais après tout et que je n'ai plus rien à perdre mais, j'aurais tellement aimé que les choses se terminent dans un bon terme, sur une bonne note. J'aimerais qu'on puisse rester amis et qu'on puisse continuer à prendre des nouvelles l'un de l'autre mais je sais bien que ce n'est qu'un doux rêve vu la tournure que prennent les choses.

Je lui tournais le dos, ne voulant pas affronter son regard après mes aveux. En fait, j'avais du mal à accepter ce que je venais de dire, le fait que je venais de me dévoiler à un homme qui avait joué avec moi. « Qui te dis que ce n’est qu’à sens unique ? » Je me figeai, surprise par ces mots. Je ne me retournai pas pour autant mais mon souffle se fit plus court et mes yeux commencèrent à me piquer. Pourquoi maintenant ? Pourquoi s'amuse-t-il encore à jouer avec moi alors que j'étais déjà à terre et entrain de battre en retraite ? J'avais envie de le gifler, de lui crier qu'il me faisait du mal mais je n'en avais pas la force. J'attendais qu'il poursuive et il le fit. « Tu ne m’as jamais posé la question. Tu m’as toujours pris pour le sale égoïste qui veut juste s’amuser. Peut-être parce que pour toi c’est plus facile de te dire ça. Tu peux partir en paix en te disant que j’étais juste un petit con et qu’au final te ne perds rien. Mais désolé…Je ne compte pas te facilité le tâche. » Il avait raison. Je n'avais jamais envisagé qu'il puisse partager mes sentiments, qu'il puisse m'aimer. Peut-être parce qu'il avait déjà Elsa et que je savais qu'il l'aimait comme un fou mais apparemment, je me suis trompée en pensant de cette manière. Je me retournai pour la première fois et je le regardai, implorante. S'il comptait s'amuser une dernière fois avec moi, je voulais qu'il en finisse maintenant, qu'il me dise qu'au fond j'avais raison et que ce n'est pas un amour partagé. Il avait raison, j'avais espoir de pouvoir partir en me disant que rien ne me retient et que je ne perds rien finalement. L'inverse compliquerait sûrement les choses.

« Je crois que je t’aime aussi. » Ma respiration se bloqua et mes yeux se remplirent à nouveau de larmes. Alors que je pensais qu'il allait me dire qu'il ne m'aimait pas, que ce n'était effectivement pas partagé, mes plans étaient chamboulés. « Je t’aime, mais ça ne sert à rien…Tu préfères partir. » Je me rapprochai de lui, doucement. Mes mains se posèrent sur son visage et mes yeux s'ancrèrent dans les siens. Je cherchais le mensonge, la tromperie et la moquerie mais, je ne les trouvai pas. Mes yeux cherchaient le sens de tout ça ne pouvant pas me dire que c'était vrai, qu'il m'aimait aussi. Je ne trouvai rien de plus que de la sincérité et un peu de honte dans son regard. Mes pouces se mirent à caresser ses joues et mes lèvres furent briser par un sourire timide et sincère. « Thomas... Je... » Je ne savais pas quoi dire, sous le choc et complètement surprise. « Tu crois m'aimer ou tu m'aimes? » Ça changeait beaucoup de choses de le croire ou d'en être certain. Le croire c'est le supposer, c'est garder un peu de doutes et n'être pas sûr de ses sentiments. L'être, ça impliquait beaucoup de choses comme le fait que je resterais parce que je ne peux pas ne pas nous laisser une chance. J'ai besoin de le savoir parce que s'il n'en était pas sûr, tout pouvait arriver et je finirais sûrement par être blessée de nouveau. Mon front se colla au sien frôlant son nez du mien. « J'ai besoin de le savoir Thomas. Si tu es sûr de toi, je veux vivre ce qu'on a à vivre. Je veux nous donner une chance de pouvoir être qui on aimerait être et de savoir si ça vaut le coup d'être vécu. » Je n'avais aucune idée de ce qu'il allait répondre ni de ce que j'étais entrain de faire. Je suivais mon instinct, mon cœur. « J'ai besoin de toi et si tu me dis que tu veux que je reste, que tu veux vivre cette histoire avec moi, je ne partirais pas. Je veux pas partir mais c'est nécessaire pour notre bien si tu n'es pas sûr de toi. Ce n'est pas un chantage, ce n'est pas un ultimatum. On sait qu'on ne sortira pas indemne de tout ça et je ne veux pas que tu sois malheureux en me perdant et en perdant Elsa. » Je m'éloignai un peu, lui laissant de l'espace dont il aurait peut-être besoin. « Je ne suis pas la salope que tu penses que je suis. »

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   27.04.14 12:44

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
J'aurais pu la laisser fuir...La laisser me filer entre mes doigts. Elle avait raison, ça aurait été plus simple pour moi, pour elle, pour Elsa. En fuyant comme une lâche, elle m'évitait de faire un choix que je rechignais à faire. Mais tout ça c'était sans connaître ma capacité phénoménale à jouer les enfants pourris gâtés, capricieux et égoïstes. Je ne voulais pas qu'elle parte, pas qu'elle m'abandonne maintenant...Même si à long terme ça serait mieux pour moi, Elsa et certainement pour elle.

Je l'avais donc imité dans les aveux. Je lui avais dit que je l'aimais...Pour l'empêcher de fuir le cœur léger. Mais aussi parce qu'au fond ça devait être la vérité...Une vérité que j'avais du mal à accepter, parce qu'en l'acceptant j'avais l'impression de trahir encore plus Elsa. Je 'fricotais' avec Nastia...Je 'trompais' Elsa, mais j'étais certains que personne ne la détrônerait jamais dans mon cœur. Elle serait toujours ma 'princesse' comme j'aimais l'appeler.
Et pourtant...J'avais l'impression qu'avec le temps, malgré moi, Nastia s'était taillée une place de choix dans mon coeur. Elle n'avait pas détrôné Elsa...- c'était quelque chose de bien trop périeux- Elle ne s'était peut-être pas encore hissée à la même position qu'elle...Mais je m'étais déjà bien trop attaché à elle. Et ce, sans que je m'en rende réellement compte. Ca me faisait horriblement culpabiliser...Mais d'un autre côté ça prouvait que je n'était pas un horrible salaud, non ?

À peine lui avais-je dis ces mots magiques, que la Suédoise avait fait volte-face et s'était de nouveau approchée de moi. Ses mains s'étaient posées sur mes joues et elle avait recommencé ses caresses.« Thomas... Je... » Elle semblait si surprise. Elle m'avait donc vraiment pris pour ce petit con...Ca lui semblait si anormal que quelqu'un puisse s'attacher à elle ?« Tu crois m'aimer ou tu m'aimes? » That's the question! Je connais les conséquences de ma réponse. Je sais exactement ce que je dois répondre pour la garder auprès de moi. Mais je ne peux plus me permettre de jouer avec elle. Elle a peut-être raison, on est trop vieux pour jouer à ce genre de jeux de 'Je te prends, je te laisse'. La blonde ne me laissa pas le temps de répondre. Elle enchaînait déjà.« J'ai besoin de le savoir Thomas. Si tu es sûr de toi, je veux vivre ce qu'on a à vivre. Je veux nous donner une chance de pouvoir être qui on aimerait être et de savoir si ça vaut le coup d'être vécu. J'ai besoin de toi et si tu me dis que tu veux que je reste, que tu veux vivre cette histoire avec moi, je ne partirais pas. Je veux pas partir mais c'est nécessaire pour notre bien si tu n'es pas sûr de toi. Ce n'est pas un chantage, ce n'est pas un ultimatum. On sait qu'on ne sortira pas indemne de tout ça et je ne veux pas que tu sois malheureux en me perdant et en perdant Elsa. » Une longue tirade. Bien trop longue pour simplement deux petits mots. Avant que je puisse en placer une, elle ajouta une dernière phrase me précisant qu'elle n'était pas la salope que je pensais qu'elle était. Ca me fit légèrement sourire. Je n'ai jamais pensé qu'elle était ce genre de filles. Même si parfois mes mots ont pu dépasser ma pensée.« Quoique je réponde, dans tous les cas j'en sors perdant. J'ai trop longtemps pensé que je pouvais tout avoir. » Je fis une pause avant de laisser un sourire moqueur se dessiner sur mes lèvres. Oh non, je ne me moquais pas d'elle. Je me moquais de moi, de mon attitude de petit gosse de riche. Il m'a fallu 28 ans pour me rendre compte que parfois on peut perdre...C'est dingue. 28 ans. La pilule est difficile à avaler. « Je... Tu sais c'est d'autant plus difficile pour moi d'accepter ce genre de sentiments. J'ai essayé de les refouler. Parce que c'était peut-être plus facile pour moi aussi...Mais quand tu m'as dis que tu partais. Je...Enfin, Si j'ai perdu les pédales comme ça c'est pour une raison, non ? » Cette fois-ci ce fut mes mains qui se posèrent sur les joues de la blonde. « Je t'aime Anastasia » Anastasia et non pas Nastia. Parce que j'étais sérieux. On ne jouait plus.
Comme pour faire taire tous les remords qui m'envahirent à l'instant, je décidai de soigner le mal par le mal et m'attaquai aux lèvres de la Suédoise. Qu'est ce que je foutais ? J'avais l'impression d'être dans une de ces séries...Vous savez où la fille aime deux frères et qu'elle en est parfaitement consciente. Mais qu'elle ne peut pas faire de choix. Cette fille vous avez envie de la gifler, non ? Bah aujourd'hui je me retrouvais à sa place...
Il y avait Elsa, il y aura toujours mon Elsa....Mais à l'équation s'ajoute Nastia. Et moi qui osait blâmer ma fiancée et les O'Toole. Quel couple bancal on fait...


_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   28.04.14 17:45

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
« Quoique je réponde, dans tous les cas j'en sors perdant. J'ai trop longtemps pensé que je pouvais tout avoir. » Il avait raison. Quoiqu'il dise, il était perdant. Il me perdrait ou il perdrait Elsa ou même les deux. Il savait et il avait conscience qu'il s'était mis dans une situation plus que délicate et c'était honorable de sa part de le reconnaître à l'heure actuelle. J'avais l'impression qu'il était entrain de grandir, de mûrir en quelques sortes et ça faisait du bien de le voir ainsi. Qu'il avoue enfin qu'il avait joué avec le feu. Quand on connaît Thomas, on sait qu'il a tendance à vouloir tout avoir en même temps et sans modération. J'avais été son fruit défendu en quelques sortes et il ne voulait pas se passer de moi mais il ne veut pas se passer d'Elsa non plus alors il se contentait de jongler entre nous jusqu'à ce que le pot casse. « Je... Tu sais c'est d'autant plus difficile pour moi d'accepter ce genre de sentiments. J'ai essayé de les refouler. Parce que c'était peut-être plus facile pour moi aussi...Mais quand tu m'as dis que tu partais. Je...Enfin, Si j'ai perdu les pédales comme ça c'est pour une raison, non ? » J'hochai la tête, comprenant ce qu'il pouvait ressentir et la situation dans laquelle il se trouvait mentalement. Comment ne pas comprendre sa détresse alors que ses sentiments devaient être revus. Il m'avait confié qu'il ne croyait pas quelqu'un capable d'aimer deux personnes à la fois. Cette conviction semblait s'écrouler de jour en jour pour lui et ça devait être d'autant plus compliqué. Pourtant, c'était possible et il en avait la preuve même si, au fond de moi, je sais que je n'arrive pas à la hauteur d'Elsa et aussi que ses sentiments pour elle s'éteignent à petit feu au fur et à mesure que je me fais une place dans son cœur. Elle n'a pas su entretenir ses sentiments sinon, il ne se serait jamais tourné vers moi et nous ne serions pas dans ce contexte là où nous sommes sous le charme l'un de l'autre alors qu'il n'est pas libre. « Je t'aime Anastasia » J'eus un frisson en entendant ses mots mais surtout, lorsqu'il posa ses mains sur mon visage. Tout était devenu sérieux. Ce n'était plus Nastia mais Anastasia. Ce n'était plus un « je crois » mais un « je t'aime ». Je sais qu'il me cache ses doutes mais je sais aussi qu'il éprouve des sentiments. Ses yeux le disent et ils ne trompent jamais.

En revanche, je ne m'attendis pas à ce qu'il m'embrasse. J'allais répondre, lui dire que je l'aime aussi même s'il le sait. Mais il ne m'en laissa pas le temps. Non, je n'eus même pas le temps d'ouvrir la bouche que la sienne avait déjà attaquée la mienne. Ce baiser était un baiser comme jamais nous n'en avions encore échangé. Il était beau, tendre et passionné à la fois. Il était plein de promesses, plein d'avenir, plein de bonnes choses à venir. Je ne suis pas stupide, je sais qu'il n'abandonnera pas Elsa dès demain pour moi et surtout qu'il allait mettre du temps à l'oublier parce que ça avait été une longue histoire d'amour entre elle et lui. Mais aujourd'hui, je savais que je pouvais avoir une place de choix dans sa vie, LA place. Pour ça, il fallait qu'il fasse un travail sur lui et qu'il finisse par se rendre compte qu'il n'a plus rien à vivre avec Elsa. Je ne compte pas lui faciliter la tâche en butinant des deux côtés sinon je sais que tout ça ne s'arrêtera jamais. Je connais assez Thomas pour savoir qu'il aime avoir deux choses dont il a envie en même temps sans se soucier des conséquences. A partir d'aujourd'hui, il allait devoir grandir s'il voulait qu'on vive tout ça pleinement. Maintenant, je serais la maîtresse, la deuxième femme, la salope qui allait casser un couple. Je détestais ça mais je ne pouvais pas tirer un trait sur lui alors qu'il m'aime aussi. Je ne suis pas stupide, je sais qu'il a dit ça pour faciliter les choses, je sais qu'il est encore indécis mais ses yeux me disaient une toute autre vérité et c'est pour ça que je décidai de rendre les armes et de me laisser aller.

« [darkorange]Je sais que c'est encore le foutoir dans ta tête mais, je ne laisserais pas tomber Thomas. Je sais qu'on peut vivre une belle histoire toi et moi et c'est pour ça que je vais rester. Je vais nous laisser une chance et voir comment tout ça va se passer.[/color] » Je lui souris sincèrement avant de revenir vers ses lèvres auxquelles j'avais honteusement pris goût. Je me laissai aller et mes mains firent de même allant se loger dans ses cheveux. Nos langues commencèrent à se livrer une bataille et mes mains en firent de même avec ses cheveux. Ce baiser était langoureux, sensuel, presque bestial. C'était comme si chacun de nous se laisser aller, baisser ses armes et ses barrières pour faire entrer l'autre définitivement. 
Mes mains quittèrent ses cheveux pour se poser sur son torse et mes doigts commencèrent à détacher les boutons de sa chemise. Je mis fin à notre baiser pour en déposer le long de son cou et de sa mâchoire tout en continuant de lui ôter sa chemise. « On ne devrait pas faire ça... » Bien évidemment, je n'attendais aucune réponse de lui parce que je n'avais pas envie d'arrêter. J'avais envie de goûter à ce plaisir avec lui. Me sentir désirée.

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   28.04.14 19:57

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
« Je sais que c'est encore le foutoir dans ta tête mais, je ne laisserais pas tomber Thomas. Je sais qu'on peut vivre une belle histoire toi et moi et c'est pour ça que je vais rester. Je vais nous laisser une chance et voir comment tout ça va se passer. » Elle n’était pas si naïve, elle avait tout deviné. Elle savait que j’étais sincère et elle savait que je ne m'étais pas pour autant entièrement livré à elle…Parce que techniquement je ne lui ‘appartenais’ pas. Ma conscience m’empêchait de me livrer à elle sans éprouver une pointe de remords et une pensée pour Elsa. C’est carrément glauque, je sais. Mais personne ne peut luter contre sa conscience, non ?
Lorsque Nastia m’annonça qu’elle venait une fois encore de changer d’avis et que fuir en Suède n’était désormais plus d’actualité, je ne pu m’empêcher de me demander si au fond tout ça n’avait pas été une ruse. Peut-être ça n’avait été qu’un test ? Un moyen de savoir comment j’allais réagir, si je tenais réellement à elle. Elle n’avait sûrement jamais eu l’intention de se tirer de Barrow… Elle s'était peut-être jouée de moi...

Il ne me fallu qu’un sourire de sa part pour me faire sortir de ma paranoïa. Peu importe. Test ou pas, il semblerait que j’ai passé l’épreuve avec brio. Ses lèvres s’étaient mises à l’attaque des miennes et je répondis à son assaut avec ferveur et passion. Il y a peine quelques seconde, j'avais cru que tout était perdu, que plus jamais je ne gouterai à ses lèvres... Et voila que cette fois-ci, c'est elle qui lance l'assaut.
Alors que je sentais ses mains s’égarer dans mes cheveux, je laissai les miennes vagabonder le long de son dos, puis sur ses reins avant de les perdre sous son pull. Je la sentis se cambrer sous le contact de mes doigts et je ne pus m’empêcher de laisser se dessiner un large sourire. Pour la première fois, l’image d’Elsa avait disparu de mon esprit, laissant libre court à l’improvisation et la spontanéité dictées par nos pulsions. Il n'y avait plus que Nastia et moi. Personne d'autre. Et même si tout ça n'était qu'éphémère. Même si nos problèmes s'étaient envolés pour revenir plus pesants par la suite...Tant pis. J'avais l'intention de profiter de l'instant présent sans penser aux conséquences. J'avais l'habitude de faire ça...Et je le faisais parfaitement bien généralement.

Ses lèvres abandonnèrent les miennes pour se mettre à recouvrir ma mâchoire d’innombrables baisers avant de descendre le long de mon cou. Un frisson me parcouru l’échine lorsque je sentis ses doigts commencer à déboutonner ma chemise. « On ne devrait pas faire ça... ». Ignorant d’abord ses paroles, je me contentai de continuer à butiner la gorge de la Suédoise. Doucement mais sûrement, mes lèvres s’approchèrent de sa mâchoire puis de son oreille. « On s’en fout. » Ces mots n’avaient été qu’un souffle entre deux baisers.
Ma chemise était désormais complètement ouverte, je la retirai, elle était désormais superflue. Alors que mon habit tomba à terre, j’agrippai la Suédoise par les hanches la faisant décoller du sol avec une facilité déconcertante. J’étais loin d’être Hercule, mais la passion vous donne parfois une force dont vous ne soupçonniez pas l’existence. Mes lèvres ne quittèrent plus les siennes jusqu’au moment où je la déposai avec douceur sur le sofa.


_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   30.04.14 19:51

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Qu'est-ce qu'on était entrain de faire ? Pourquoi est-ce qu'on s'enfonce encore plus dans ce mensonge, cette trahison ? Pourquoi est-ce que je suis si faible face à lui ? Il avait ce pouvoir sur moi que je ne comprenais pas et bon sang, ça m'énerverait presque de lui céder à chaque fois aussi facilement. C'est vrai quoi, il a juste à me dire désolé ou encore je t'aime pour que de suite, je me calme et retombe dans ses bras. Stupide Nastia ! Mais bon, en attendant, je ne vais pas me plaindre là, à ce moment précis. Ses lèvres qui caressaient les miennes c'était d'un exquis, sensuel. Étrangement, je ne me rappelais pas avoir ressenti ce genre de picotements quand Dean m'embrassait, me touchait. J'avais envie à chaque fois, j'aimais ce qu'il me faisait mais, ça ne m'électrisait pas autant que les caresses de Thomas. Lorsque les doigts de Thomas passèrent sous mon pull, mon corps se cambra contre le sien, cherchant un peu plus de contacts avec lui.

Mes doigts étaient allé chercher les boutons de sa chemise, désirant s'en débarrasser le plus rapidement possible. Je lui parlai brièvement de mes remords mais en fait, je n'avais aucune envie qu'on arrête ce qu'on avait commencé. Cette fois, je ne le laisserais pas m'échapper. Il ne me répondit pas comme je l'avais deviné, préférant butiner mon cou de baisers ce que mon corps appréciait particulièrement. Et puis, elles montèrent vers ma mâchoire, remontant doucement vers mon oreille pendant que je me battais avec les derniers boutons de sa chemise. « On s’en fout. » Je souris, le regardant retirer sa chemise et me dévoiler son torse. Elle tomba à terre et il agrippa mes hanches pour me soulever. Mes jambes enroulèrent sa taille à la vitesse de l'éclair et sa bouche retrouva la mienne. Mes mains retrouvèrent ses cheveux, les caressant pendant qu'il nous amenait sur le sofa.

Il m'y déposa et je m'éloignai un peu de lui pour le regarder, cherchant un doute dans ses yeux que je ne trouvai pas. Je lui souris, caressant sa joue avant de me cambrer et que mes mains ne viennent récupérer mon pull pour l'enlever. Je le fis passer par-dessus ma tête et me retrouvai en soutien-gorge devant lui. Pour la première fois depuis que je le connais, je me sentis gêner par le regard qu'il pourrait avoir sur moi, l'avis qu'il pourrait se faire de mon corps. Étais-je à son goût ? Je ne sais pas mais trop gênée, je précipitai ma bouche contre ses lèvres pour reprendre le cours des choses. Mes mains glissèrent le long de son torse jusqu'au bouton de son jean que je commençai à ouvrir. Mes mains tremblaient un peu. J'étais stressée de peur de ne pas lui convenir, d'aller trop vite dans ce que je faisais. « Je... » Je ne savais même pas quoi dire alors, je fuis son regard, reprenant son bouton pour ouvrir complètement son jean.

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   01.05.14 21:21

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Un regressus à l’infini. J’étais tombé dans un regressus à l’infini qui dévoilait chaque jour une nouvelle part de moi-même dont je ne connaissais pas l’existence…Ou plutôt dont j’essayais de me cacher l’existence. Je me découvrais infidèle. Moi qui avais pourtant toujours prôné le respect de l’autre et la fidélité. Moi qui n’acceptais pas la trahison et les cachotteries. Mais le pire dans tout ça ? C’est que je ne pouvais pas empêcher cette partie de moi de faire surface. J’ai voulu la refouler…Puis, voyant que je ne pouvais rien contre, je me suis chercher des excuses. Si je faisais ça c’était parce que j’étais désorienté par mes innombrables disputes avec Elsa. C’était pour rendre la monnaie de sa pièce à ma fiancée et son Irlandais. Mais en réalité je me voile totalement la face. Ces excuses ne tiennent plus depuis que je sais qu’entre O’Toole et Elsa il ne s’est jamais rien passé –d’après leurs dires. Pourtant, même sans ces excuses qui justifieraient potentiellement mes actes, je continue…Malgré moi. Malgré ma raison qui me crie de tout arrêter.

Elle était devenue ma drogue. J’ai besoin de ma dose un peu plus chaque jour…Et comme un bon Junkie, je ne compte pas arrêter. Pas maintenant. Pas aujourd’hui. Surtout pas aujourd’hui…
Comme à chaque fois j’étais revenu vers elle. Comme à chaque fois j’avais trouvé les mots qui sauraient la faire flancher - S’il faut me trouver une qualité, il faut bien avouer que je sais parler aux femmes- Et cette fois-ci, il semblerait qu’elle était prête à flancher un peu plus. Nous jouions avec le feu, mais je n’étais pas effrayé. En réalité, je crois que c’était ce que je cherchais. J’avais besoin de quelque chose de nouveau, d’un peu d’adrénaline…Et s’il fallait que je me brûle…Je me brûlerai. J’étais de toute façon déjà condamné, non ? Alors autant s’amuser jusqu’au bout.

En une fraction de secondes, la blonde se débarrassa de son pull me dévoilant enfin une partie de ses formes divines. Autant le dire, elle avait ce qu’il fallait où il le fallait. J’eu à peine le temps de sourire que déjà elle s’attaquait de nouveau à mes lèvres, ne me laissant pas le temps de profiter du ‘spectacle’. Tant pis, j’aurais tout le loisir de profiter de ça plus tard. Ses mains glissèrent le long de mon torse et m’enflammaient toujours un peu plus. Je brûlais pour elle. À cet instant, il n’était plus question de ne pas savoir faire de choix. Tout était clair. Je ne voulais plus qu’elle. On allait vite, mais tout avait toujours été vite avec Nastia. En moins de quelques semaines j’étais passé du statut de client à ami, puis presque encore plus rapidement de l’ami à l’amant…
Malgré tout, elle semblait nerveuse. C’était normal qui ne le serait pas ? Je ne pu m’empêcher de remarquer ses mains tremblantes lorsqu’elle s’était attaquée au bouton de mon jean. Elle s’apprêta à parler avant de changer d’avis et de me lâcher du regard. « Ca va aller. » Dis-je en butinant doucement son épaule. C’était le moment où elle avait besoin d’être rassurée pour qu’on puisse continuer avec autant de passion que ça avait commencé. J’avais légèrement ralenti le rythme, malgré mon envie irrépressible d’accélérer.
Néanmoins, mon jean ouvert, je m'en débarrassai. C'était toujours le moment où vous avez un peu l'air ridicule, non ? Je ne sais pas...Je n'ai jamais trouvé une manière élégante d'enlevé mon pantalon, j'essayais donc de me débarrasser de ce moment peu 'glamour' assez rapidement. Nastia m'ayant déjà pas mal facilité la tache.

J’étais saoûle d’elle… Elle m’avait rendu fou et comme un ivrogne dont la pesanteur ne cessait de le faire trébucher par terre…Le ramener au sol. Moi…Ma pesanteur ne cessait de me faire trébucher soit sur les lèvres de Nastia, soit sur son corps.
Je laissai glisser la première bretelle de son soutien-gorge, puis doucement la deuxième. Mes lèvres rejoignirent les siennes le temps d’un baiser volé, juste une fraction de secondes, avant de laisser vagabonder mes mains derrière son dos et de désagrafer son soutien-gorge. « Je crois que je suis fou de toi ». Ce n'était pas de belles paroles comme j'avais tant l'habitude d'en faire. Cette fois-ci je le pensais vraiment et la bosse qui s'était désormais formée sous mon caleçon en était garante.
De nouveau mes lèvres furent attirée par la sublime Nastia, mais cette fois-ci, au lieu de se contenter de ses lèvres, sa mâchoire et de sa gorge, elle descendirent doucement se perdant sur sa poitrine. Je me laissai ensuite emporté par une vague de chaleur engendrée par le plaisir et fit glisser ma langue sur son ventre tout en déboutonnant son pantalon. Impatient de la découvrir un peu plus.



_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   03.05.14 16:35

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Plus les minutes passées, plus nous nous enfoncions dans notre bêtise, dans notre mensonge. Nous étions devenus deux êtres plein de désir l'un pour l'autre, ne répondant que par leurs instincts animaux. C'était comme si nous avions ce besoin de l'autre, ce besoin de constamment revenir vers l'autre pour de nouveau respirer à plein poumons. Je ne comprenais pas pourquoi je m’obstinais à m'accrocher à lui, à ne pas le laisser retrouver sa fiancée. C'était comme si j'avais besoin de lui, de l'avoir auprès de moi et je me sens un peu perdue. Même lorsque j'étais mariée à Dean, je n'avais jamais ressenti ce besoin si fort, si présent. C'était comme s'il était devenu essentiel pour que je puisse avancer et l'idée que je puisse le perdre me faisait peur. Je savais très bien qu'il y avait des chances qu'il retourne avec Elsa, qu'il me lâche complètement pour continuer leur vie à deux et je ne suis pas sûre de pouvoir m'en remettre.
Alors, chaque fois qu'il revenait vers moi, chaque fois qu'il trouvait les bons mots, je finissais par lui pardonner et passer au-dessus de tout ça. Pourquoi ? Peut-être parce que sans ça, je me disais que je le perdrais, que je le pousserais à partir loin de moi. Peut-être que je suis foncièrement trop gentille et naïve, je ne sais pas. J'avais pardonné le pire une fois, je le ferais encore sûrement, je ne sais pas. La trahison est dure à encaisser mais la perte de l'être aimé encore plus.

Nous allions passer un cap dans notre relation. Un cap que tout couple passe à un moment. Un cap important pour la suite d'une relation. Ce cap, c'est le moment où vous savez si vous êtes fait pour être avec l'autre ou non. C'est le moment où vous vous rendez compte que l'alchimie se fait à tout moment ou seulement en discussion. Et ça me rendait nerveuse. Pourquoi ? La peur de son regard. La peur de ne pas convenir à ses attentes. La peur de ne pas être à la hauteur tout simplement. J'avais essayé de me détendre en lui parlant mais, je n'avais même pas réussi à dire un mot et je me sentais encore plus ridicule. J'attendais le moment où il se moquerait de moi mais, il ne vint pas. « Ca va aller. » Il butina mon épaule en même temps et, en une fraction de seconde, mes peurs disparurent les unes après les autres, laissant place à la passion qui revenait.
Je finis alors de déboutonner son jean et le fit descendre un sur ses hanches pour commencer à lui enlever. Mes mains vagabondèrent sur ses fesses avant de revenir sur son dos que je lâchai lorsqu'il se redressa pour enlever son vêtement. Je le regardais, le regard avide de plaisir et d'envie, ayant hâte de le découvrir un peu plus.

Il revint vers moi et commença à faire glisser la bretelle de mon soutien-gorge. Mon souffle s'accéléra un peu plus dans l'appréhension. Il faut l'avouer, j'étais loin d'être une de ses filles pulpeuses et sexy. Je suis plutôt mince même si j'ai un peu de poitrine, ça ne vaut pas un bon bonnet. Il fit doucement glisser la deuxième et me vola un baiser immédiatement après tout en dégrafant mon vêtement. Je me retrouvai à moitié nue devant lui, découverte et sans défense. « Je crois que je suis fou de toi. » Un sourire fendit mon visage, me rendant compte qu'il était plus que sincère et qu'il le pensait vraiment. Il n'y avait plus de peut-être, il y avait un peu plus de certitude dans ses paroles. Je caressai sa joue avant qu'il ne vienne prendre mes lèvres à nouveau pour un baiser passionné. Je sentis la bosse dans son caleçon et ça me rassura et me redonna confiance en moi. Sa bouche descendit sur ma mâchoire, puis sur mon cou, ma gorge et s'arrêta sur ma poitrine. Mon corps se cambra à ce contact délicieux et un gémissement m'échappa lorsqu'il décida d'arrêter ses caresses pour porter son attention à mon ventre. Mon corps se cambra de nouveau lorsqu'il laissa sa langue traîner sur mon ventre alors qu'il commençait à déboutonner mon jean.

Lorsqu'il ouvrit complètement mon vêtement, je soulevai mon bassin pour l'aider à l'enlever et lui faciliter la tâche. Il eut un peu de mal lorsqu'un de mes pieds se retrouva coincé dans la jambe du pantalon et je ne pus m'empêcher de rire en le voyant s'énerver et pester contre le vêtement. « Promis, je le remettrais plus! » Il finit par réussir sa tâche et je redevins sérieuse, me rendant compte que je n'étais plus qu'en petite culotte -ou plutôt dessous sexy- face à lui. Il m'étudia de bas en haut et de haut en bas, le regard plein d'envie et de désir. Je rougis non pas par gêne mais par l'intensité de son regard. Je me relevai et le rejoignit pour retrouver ses lèvres. Ma main se remit à vagabonder sur son torse mais finit sa course un peu plus bas, à la jonction de ses hanches. Mes lèvres quittèrent les siennes pour trouver son cou que je parsemai de baisers, laissant ma langue s'égarer de temps à autre et mes dents mordiller le lobe de son oreille. Ma main, elle, commença à le caresser doucement à travers le tissu de son vêtement, ma bouche trouva son oreille. « Je t'aime et je crois aussi que je suis folle de toi. » Ce n'était qu'un murmure, des mots soufflés au milieu de ma respiration de plus en plus saccadée par l'intensité du moment.

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   04.05.14 18:19

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Son parfum envoûtant, ses mains baladeuses, son regard malicieux...  Je découvrais une nouvelle Nastia au fur et à mesure que nous nous abandonnions à nos pulsions. Plus nous nous enfoncions dans notre bêtise, plus je me sentais bien, presque libre. J'avais de moins en moins conscience du mal qu'on faisait, j'avais réussi à mettre complètement de côté ces pensées rédhibitoires. Pour la première fois depuis plusieurs mois, mon esprit n'était plus torturé par d'innombrables questions existentielles. Il n'était habité plus que par une 'chose' : Anastasia. Et j'avais la ferme intention de me vouer corps et âme à elle.

La belle Suédoise était désormais à moitié nue devant moi et une nouvelle fois une lueur d'insécurité lui traversa le regard. La timide Nastia n'avait donc pas totalement disparue. Au fond de moi, je dois avouer que j'étais un peu soulagé. Après tout, c'était de cette femme-là dont je m'étais entiché. Une femme fragile, droite et beaucoup trop altruiste -je vous l'accorde. Elle contrastait totalement avec Elsa, qui était plus garçon manqué, beaucoup moins fleur bleue...même si elle avait bien changé depuis qu'on se connaissait.
Je crois même que c'est justement ça qui m'a attiré chez Nastia. Le fait qu'elle soit l'exacte – ou presque- opposé d'Elsa. Enfin...Au niveau du caractère.
Je confiai à Nastia que j'étais fou d'elle et la lueur d'inquiétude qui avait habité ses yeux s’éteignit presque aussitôt avant qu'elle me dévoile un large sourire. Elle me caressa le visage et mes lèvres se mirent à lui parcourir le corps. S'attardant un peu plus longtemps sur ses seins avant de descendre le long de son ventre. Elle se cambra et un gémissement lui échappa ce qui ne manqua pas de me faire sourire, à la fois fière et satisfait.

J'avais commencé à déboutonner son jean et lorsque l'habit fut ouvert, la blonde souleva son bassin afin de m'aider à la débarrasser de son vêtement. Forcément il fallu que ma maladresse s’emmêle. Il semblerait que son foutu pantalon avait décidé de ne pas nous facilité la tache. Mauvais Karma ? Quand je disais que cette étape manquait toujours de glamour... Son pieds resta quelques secondes -bien trop longues- coincé dans la jambe de son slim et j'avoue, j'allais perdre un peu mon sang froid, trop frustré.
Pourquoi faut-il qu'elles s'habillent toutes avec des habits si moulants...Et si difficile à enlever ? Après nous, on perd toute notre crédibilité... Le rire cristallin de Nastia tinta dans la pièce et lorsque le pantalon maudit avait décidé de lâcher le pieds de Nastia, je ne pus m'empêcher de l'imiter légèrement.« Promis, je le remettrais plus! » « J'espère bien ! De toute façon t'en as pas besoin.»

Non. Elle n'en avait décidément pas besoin. La Suédoise était désormais presque nue...Il ne restait plus que ce petit bout de tissu qui se dressait devant moi et mon Graal. Je la vis légèrement rougir – ce qui était adorable- puis elle s'attaqua de nouveau à mes lèvres. Ses mains vagabondèrent de nouveau sur mon torse et à son contact un tressaillement suivit d'un souffle chaud me parcouru tout le corps. Elle m’électrisait. Je me laissai emporter par le rythme de nos passions, faisant descendre mes mains le long de sa chute de reins puis continuant mes caresses en m'aventurant sur ses fesses alors que ses lèvres abandonnèrent les miennes pour partir à l'exploration de mon cou.
Ma respiration se coupa lorsque je sentis sa main audacieuse caresser ma virilité à travers mon caleçon. Elle susurra quelques mots et je soupirai de plaisir « Je t'aime et je crois aussi que je suis folle de toi. ». Étonnement ces paroles me soulagèrent. C'est étrange... Alors qu'il y a peine quelques secondes c'était Nastia qui semblait douter...

Désormais c'était moi qui semblait avoir besoin d'être rassuré. C'est vrai j'avais connu plusieurs filles avant Elsa. J'avais d'ailleurs toujours été plutôt très sûr de moi. Mais après trois ans de relation avec ma blonde...Trois ans où elle était la seule à m'avoir pour ce genre de moments intimes, je suppose que c'est normal de ne plus être totalement à l'aise avec une nouvelle compagne. Elsa me connaît par coeur, c'est si facile avec elle. Si naturel. Mais avec Nastia...Avec Nastia c'est plus enflammé. À tout moment j'ai l'impression que tout peut basculer et qu'on peut autant l'un que l'autre se détruire. C'est d'ailleurs pas ce qu'on est justement entrain de faire ? On sait que si on laisse ce feu nous consumer on finira en cendres...Et pourtant, comme deux inconscients on le laisse prendre de l'ampleur au fil de nos baisers.
Tant pis. C'était trop tard pour changer d'avis. Et d'ailleurs c'était la dernière chose que je souhaitais. Tout en parsemant son cou de baisers, je me mis à jouer avec le bout de tissu qu'il restait sur le corps de la Suédoise. Passant doucement ma main dessous afin de continuer mes caresses. Il était temps de s'en débarrasser, non ?

_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   08.05.14 9:38

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Ce n'était pas raisonnable. Nous jouons avec le feu et nous allons nous brûler, voire même pire et pourtant, je n'avais aucune intention ni envie d'arrêter. Je l'aimais sincèrement et j'aurais aimé que ce soit bien plus, que ce ne soit pas une honteuse tromperie mais, je ne ferais sûrement pas la difficile, pas maintenant. J'avais beaucoup trop à perdre pour faire cette bêtise et je préférais être la vulgaire maîtresse que la fille qu'on laisse sur le carreau. Je l'aime et je ne compte pas la laisser gagner. Elle ne le mérite pas et je sais que je peux le rendre plus heureux qu'il ne l'est avec elle. Cette fille ne sait pas comment garder son homme. Enfin, mon mari n'avait pas été fidèle lui aussi... Peut-être qu'au final, je suis une de ces femmes qu'on trompe et avec qui on trompe. 

J'avais un peu plus envie de lui à chaque seconde. Plus le temps passait et plus mon corps le réclamait. Je ne pouvais pas penser une seule seconde que tout pourrait se stopper. Non, je ne veux pas! Et puis, pour la première fois en deux ans, je me sentais désirée, désirable et même aimée. Je me sentais enfin femme et ça faisait du bien. Alors oui, je suis strip-teaseuse et les hommes fantasment sur moi mais ce n'est pas pareil. Ils me voient comme un vulgaire morceau de viande ou plutôt, comme un vagin sur pattes alors que Thomas n'avait sûrement pas cette vision de moi. 
Il était entrain de m'enlever mon pantalon quand tout ne se passa pas comme il le souhaita. Je ne pus m'empêcher de rire face à sa réaction et de lui jurer que je ne le remettrais plus. Sa réponse me fit rire même si elle n'eut pour effet que de m'allumer un peu plus. En revanche, je retrouvai mon sérieux lorsque je me retrouvai en string devant lui. J'avais peur de ne pas lui plaire alors, je repris ses lèvres et répartis à l'assaut de son corps en commençant à le caresser par dessus son caleçon. Son petit soupire de plaisir me conforta dans mes gestes et je continuai, devenant un peu plus audacieuse dans mes caresses. Je sentais son ventre de contracter et j'en étais satisfaite.

Ses lèvres vinrent trouver mon cou, le parsemant de baisers alors que ses mains venaient toucher mes fesses. Un nouveau gémissement s'échappa de ma bouche lorsque sa main passa sous mon vêtement et ma tête partit en arrière au contact de ses doigts. Merde, c'est bon. La poigne de ma main se fit un peu plus ferme et mes gestes un peu plus précis. N'en pouvant plus, je le poussai pour qu'il se mette sur le dos et commençai à parsemer son torse de baisers et en descendant lentement jusqu'à son bassin tout en laissant ma langue traîner de temps en temps. Arrivée devant le graal, je lui souris avant d'attraper son caleçon et de lui retirer. Je ne prêtai pas plus attention que ça à sa virilité, voulant le faire languir. Je me relevai un peu et commençai à jouer avec mon dessous. « Tu crois que je devrais l'enlever? Parce que je suis pas certaine que ça soit une bonne idée de me débarrasser de ce bout de tissus... » Je jouais avec sa patience et j'aimais ça. 
Je finis par l'enlever, me retrouvant nue face à lui. Je lui souris avant de retrouver ses lèvres et de me coller à lui, lui laissant les rennes de ce qui se passerait par la suite. Je décidai juste de le chauffer un peu plus par une dernière phrase susurrée à l'oreille. « J'ai envie de toi. » Et je savais que j'allais avoir droit à ma petite partie de galipettes. 

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas
Pingu adoré

avatar
Bienvenue à Barrow
Thomas R. Hamilton

▪ discussions : 474

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   09.05.14 20:53

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
Le rythme de mon cœur s’était accéléré à mesure que la danse sur laquelle nous bougions s’intensifiait. J’inondai son corps de baisers, si bien que j’en oubliais parfois de respirer. J’avais souffle légèrement court, peu importe, cette fois-ci le rythme n’était pas prêt de se ralentir. La Suédoise se donnait de plus en plus à moi. Sa main vagabondait plus bas, caressant d’abord timidement ma virilité puis se faisant plus audacieuse. Mon souffle se coupa avant que je laisse échapper un gémissement de plaisir. Je promenais mes lèvres sur sa peau alors que soudainement elle me poussa sur le dos. Je me laissai faire, trop content qu’elle prenne le dessus pour le moment. Elle semblait enfin sûre d’elle.

Ses lèvres se mirent à parcourir mon torse, et un frisson me parcouru dans mon entièreté. Enivrée, elle descendait toujours plus bas et finis – un sourire malicieux aux lèvres- par me débarrasser de la dernière chose que je portais. Une vague de chaleur m’envahit alors qu’elle avait découvert mon intimité. Il semblerait que la blonde était joueuse, elle voulait me faire languir encore un peu alors que je bouillonnais de l’intérieur.
Se désintéressant de ma virilité, elle se redressa et joua avec son dessous. Elle était sérieuse !? Je ne pus m’empêcher de laisser s’échapper un rire avant qu’un sourire malicieux ne se dessine sur mes lèvres. « Tu crois que je devrais l'enlever? Parce que je suis pas certaine que ça soit une bonne idée de me débarrasser de ce bout de tissus... » « Non ça n’est pas une bonne idée en effet. » Dis-je sur un ton ironique.
Mais ce n’est pas parce que ce n’était pas une bonne idée qu’il ne fallait pas le faire. Elle décida enfin de ne plus jouer avec ma patience et enleva son bout de tissu superflu. On était désormais égaux. La blonde retrouva mes lèvres le temps d’une fraction de seconde avant de se coller à moi. À ce moment précis, je ne savais pas ce que j’attendais… Peut-être justement cette dernière phrase assassine, qu’elle me susurra à l’oreille.

Je butinai une dernière fois son bras avant de monter jusqu’à sa clavicule, tout en me rapprochant un peu plus d’elle. Passant au dessus d’elle, échangeant les roles, je me glissai entre ses jambes, sans cesser mes caresses.
On avait atteint le point de non retour. On ne pouvait plus dire que je ne trompais pas Elsa…Ni que c’était qu’un petit flirt d’adolescent. J’étais en elle, elle était à moi… et j’étais à elle. Dieu que c’était bon. « Je t’aime, tu sais » Ces quelques mots, qui quelques minutes auparavant semblaient si dur à admettre…Paraissait tellement naturels à présent.


_________________

❝ Plus notre idylle avance, d'autres entrent dans la danse❞
C'en est assez de ces dédoublements
C'est plus dur à faire qu'autrement
Car sans rire c'est plus facile de rêver
À ce qu'on ne pourra jamais plus toucher
Et on se prend la main comme des enfants
Le bonheur aux lèvres un peu naïvement
Et on marche ensemble d'un pas décidé
Alors que nos têtes nous crient de tout arrêter ©️ Joy
Revenir en haut Aller en bas
Administratrice

avatar
Bienvenue à Barrow
Anastasia P. Svensson

▪ âge : 26
▪ discussions : 324

+ VIE SOCIALE
LIENS. :

MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   10.05.14 22:12

Tomorrow is another day... I had wished
Nastia & Thomas
J'avais décidé de faire avancer les choses, de nous pousser à accélérer dans notre bêtise. C'était bien de prendre son temps mais, dans notre cas, on ne faisait que repousser l'échéance de l'adultère. Je ne voulais pas réellement devenir cette femme, cette briseuse de ménage parce que je savais qu'à la fin, son couple ne serait plus le même. Je ne suis pas une mauvaise personne, je suis juste tombée amoureuse de la mauvaise personne. J'aurais aimé pouvoir oublier mes sentiments pour lui et nous éviter ce que nous devrons affronter dans peu de temps mais, je n'y arrive pas. Il est devenu essentiel, il est devenu important pour moi. Je ne pourrais l'oublier que s'il décide que ça devrait être ainsi, s'il décidait que je devais le laisser vivre sa vie avec Elsa.
Je voyais qu'il aimait bien que je joue avec lui, que je sois audacieuse. Son petit rire lorsque je jouai avec mon string me le prouva. J'étais plutôt timide dans la vraie vie et peu audacieuse mais, au lit, c'était une autre histoire. On dit souvent que les filles de l'est sont comme ça et même les filles qui viennent de là où je viens. Ma mère m'a toujours dit qu'on savait gardé les hommes par notre capacité à nous transformer pendant les moments d'amour. Je ne sais pas si c'est vrai mais tout ce que je sais c'est que ma timidité s'envole une fois que je suis lancée.

« Non ça n’est pas une bonne idée en effet. » Il avait raison mais, je ne comptais m'arrêter là où nous en étions. Nous étions déjà beaucoup trop loin pour faire marche arrière. Et je n'en avais pas envie. J'avais envie d'aller plus loin avec lui et ce serait peut-être l'unique fois que ça se passerait. Je n'allais sûrement pas laisser passer ma chance. Je retrouvai ses lèvres pendant l'espace de quelques secondes avant de me coller à lui et de lui susurrer une phrase qui se voulait aguicheuse mais surtout, qui le pousserait à prendre le dessus. Et j'eus l'effet escompté puisqu'il reprit ses baisers sur mon bras, montant vers ma clavicule. Je frissonnai lorsqu'il me fit tourner pour que je me retrouve sur le dos, en-dessous de son corps. Il glissa entre mes cuisses et je gémis de plaisir. C'était comme une libération, une chose que nous attendions tous les deux. Les choses allaient changer à partir de maintenant et nous le savions tous les deux. « Je t’aime, tu sais. » Mon regard se fixa dans le sien, me rendant compte que c'était la première fois qu'il le disait sans un verbe du style « je crois », « je pense ». Non, c'était devenue une certitude et si nous étions dans une autre situation, j'aurais pu pleurer. Mais là, cela me fit un tout autre effet.

Mes lèvres retrouvèrent les siennes avec une fougue dont je n'avais encore jamais fait preuve. Mon bassin commença à bouger pour lui réclamer un peu plus de caresses, un peu plus de sensations. Mes mains se baladèrent le long de son dos jusqu'à ses fesses, laissant mes ongles griffer délicatement sa peau. Mais, ça n'allait pas assez vite pour moi, ce n'était pas assez.
Alors, mes mains se mirent sur ses épaules pour le repousser sur le dos avant de le chevaucher pour reprendre où nous en étions. Ma bouche finit par trouver son cou sur lequel elle laissa une marque, un suçon plus précisément. Il allait sûrement râler mais, je n'avais pas envie de me soucier de ça. Pas maintenant. Nos corps étaient lancés dans une danse sensuelle et fougueuse, cherchant le contact au maximum avec l'autre. Chaque minute devenait plus intense et plus pénible à tenir. Mon front vint se coller au sien et je lui souris, le regardant dans les yeux. Nos souffles se mêlaient à l'autre et je commençais à fatiguer. Pourtant, je ne voulais pas lâcher et tout arrêter. Oh non, je voulais profiter de lui encore et encore. Alors, je m'allongeais contre lui, posant ma tête contre son cou. « Je t'aime aussi Thomas. » Ce n'était qu'un souffle dans ma respiration saccadée. J'avais eu du mal à l'articuler et pourtant, j'y étais parvenue.

_________________
there's no place else.
« I'm sitting in a room, made up of only big white walls and in the hall there are people looking through the window in the door they know exactly what we're here for. •• .unbreakable »
Revenir en haut Aller en bas

Bienvenue à Barrow
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: [+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia   

Revenir en haut Aller en bas
 

[+18] Tomorrow is another day... I had wished | Nastia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» • I hope that tomorrow will be better
» The Puppet, the Dictator, and the President: Haiti Today and Tomorrow
» I swear that tomorrow, this will all be in the past [ft. Jamie-Rose]
» After the night when I wake up, I'll see what tomorrow brings
» (camila) life is too short to think about tomorrow

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOW FALLS 2.1 :: L'ancien forum. :: Eben Hopson.-